Elections

Nigeria : la candidate Obiageli Ezekwesili se retire de la course à la présidentielle

Obiageli Ezekwesili. © Wikimedia/CC/World Economic Forum

La principale femme candidate à l'élection présidentielle de février au Nigeria, Obiageli Ezekwesili, s'est retirée de la course ce jeudi pour former une coalition d'opposition qui se poserait en alternative aux deux grands partis.

Si elle ne faisait pas figure de favorite, elle était la femme la plus connue à s’être lancée dans la course à l’élection présidentielle du 16 février prochain. Mais à moins d’un mois du scrutin, Obiageli Ezekwesili a jeté l’éponge jeudi 24 janvier. Membre du Parti du Congrès allié du Nigeria, elle laissera donc plus de 70 candidats briguer la présidence, qui devrait se jouer entre le président Muhammadu Buhari, du Congrès des progressistes (APC), et l’ancien vice-président Atiku Abubakar, du Parti populaire démocratique (PDP).


>>> À LIRE – Nigeria : Muhammadu Buhari face à Atiku Abubakar, une bataille qui s’annonce serrée


L’ancienne ministre de l’Éducation et ancienne vice-présidente de la Banque mondiale avait fait campagne ces dernières années pour la libération des victimes d’enlèvement de Boko Haram, dont les lycéennes de Chibok.

Créer une alternative

Obiageli Ezekwesili, 55 ans, a déclaré qu’elle avait décidé de se retirer après « de vastes consultations avec des dirigeants de divers horizons à travers le pays au cours des derniers jours ». Elle a ajouté qu’elle allait maintenant « se concentrer sur la construction d’une véritable coalition pour assurer une alternative viable au #APCPDP lors des prochaines élections ».

Le PDP était aux affaires depuis le retour du pouvoir civil en 1999 jusqu’à la victoire de l’APC mené par Muhammadu Buhari en 2015. Mais il y a peu de différences idéologiques entre les principaux partis, pour lesquels les candidats ont régulièrement changé de camp entre les élections.

Obiageli Ezekwesili a déclaré qu’une « large coalition pour une alternative viable est maintenant devenue plus nécessaire que jamais » et qu’elle travaillerait avec un candidat de consensus qui serait issu de petits partis d’opposition. Certains d’entre eux ont ainsi signé l’année dernière un accord pour avoir un candidat unique contre les représentants des deux principaux partis.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte