Elections

RDC : Joseph Kabila apporte son soutien à Félix Tshisekedi et appelle à une « coalition »

Joseph Kabila, lors du scrutin présidentiel du 30 décembre 2018 en RDC, dans un bureau de vote de Kinshasa.

Joseph Kabila, lors du scrutin présidentiel du 30 décembre 2018 en RDC, dans un bureau de vote de Kinshasa. © REUTERS/Baz Ratner

Le président sortant Joseph Kabila est apparu mercredi soir sur les écrans de la télévision nationale, à la veille de l’investiture de Félix Tshisekedi à la tête du pays, pour affirmer qu’il transmettrai le pouvoir « sans regret ni remords ».

« Respectueux de la Constitution, je vais, demain, passer la main sans regret ni remords. Car en dépit des imperfections dues à toute œuvre humaine , le Congo revient de loin et repose sur des bases solides aujourd’hui ». À la veille de l’investiture de Félix Tshisekedi, programmée jeudi 24 janvier, Joseph Kabila s’est exprimé à la télévision nationale pour une dernière adresse à la nation en tant que président de la RDC. Il a affirmé formuler « des vœux sincères et d’ardentes prières à celui qui, désormais, aura la charge de la nation ».

Appelant les Congolais à soutenir « massivement » son successeur – « comme vous m’avez accompagné et soutenu tout au long des 18 dernières années », a-t-il ajouté – le chef de l’État sortant a lancé : « Qu’il soit assuré de pouvoir compter sur moi, chaque fois qu’il le souhaitera et que l’intérêt du pays l’exigera. »


>>> À LIRE – Présidentielle en RDC : pourquoi l’Union africaine a rétropédalé


Alors qu’Emmanuel Ramazani Shadary, son « dauphin » désigné, candidat du Front commun pour le Congo (FCC), est arrivé en troisième position à la présidentielle derrière Félix Tshisekedi et Martin Fayulu, selon les chiffres proclamés par la Ceni et confirmés par la Cour constitutionnelle, Joseph Kabila a lancé aux leaders politiques une « exhortation pressante de regarder dans la même direction ».

Appel à une « grande coalition des forces progressistes »

Il a par ailleurs appelé à la formation d’une « grande coalition des forces progressistes », dont il n’a pas détaillé la forme. « Une coalition contre les forces prédatrices qui se sont liguées et qui tenteront toujours de se liguer pour s’accaparer nos ressources naturelles sans contrepartie pour nos enfants », a-t-il précisé. « Une coalition pour défendre l’indépendance, la souveraineté et l’intégrité territoriale de notre pays. »


>>> À LIRE – RDC : Martin Fayulu s’autoproclame « seul président légitime » du pays


Dressant le bilan de ses années à la tête de la RDC, Joseph Kabila a assuré qu’à son arrivée au pouvoir, « il fallait, en urgence, une thérapie de choc pour éviter la descente [de la RDC] aux enfers, et créer les conditions d’un sursaut. »

« Nous avons beaucoup fait, sans prétendre avoir tout fait », a-t-il ajouté. « En dépit de l’action néfaste des ennemis de notre peuple, je n’ai jamais trahi mon serment. Ma détermination n’a jamais failli. »

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte