Économie

Le complexe gazier d’In Amenas redémarre, 18 mois après l’attaque terroriste

Un an et demi après une attaque terroriste qui a entraîné la mort de 40 salariés et la destruction d’une partie de ses infrastructures, le complexe gazier d’In Amenas, en Algérie, redémarre ses activités. La sécurité du site, jugée « trop tributaire de l’armée algérienne », a été revue.

Par
Mis à jour le 1 septembre 2014 à 11:28

Avant l’attaque le complexe d’In Amenas fournissait 11,5 % de la production de gaz naturel de l’Algérie. © Statoil

Plus de dix-huit mois après l’attaque islamiste de janvier 2013 durant laquelle 40 salariés (39 étrangers et un Algérien) ont été tués, le complexe gazier de Tiguentourine, près d’In Amenas en Algérie, reprend ses activités, a annoncé ce lundi le groupe norvégien Statoil, co-opérateur du site avec le britannique BP et la société nationale des hydrocarbures de l’Algérie, Sonatrach.

Outre les nouvelles mesures de sécurité, la coopération entre les opérateurs du site et la coordination avec les autorités algériennes ont été revues.

Nouvelles mesures de sécurité 

« Le comité exécutif a décidé que les rotations ordinaires de personnel pouvaient reprendre », a indiqué Statoil dans un communiqué. Le groupe avait retiré ses salariés étrangers du pays suite à la prise d’otages de 2013. La décision de la direction de l’opérateur norvégien avalise donc le retour des expatriés et donne le coup d’envoi du redémarrage proprement dit de la production.

>> Lire aussi : l’attaque d’In Amenas risque d’affecter durablement l’économie algérienne

Elle fait suite à la mise en place de nouvelles mesures de sécurité, prises en réaction à l’attaque terroriste mais également en tenant compte des conclusions d’une enquête commanditée l’an dernier par Statoil, rapporte l’AFP. Selon les résultats de cette dernière : « La sécurité sur le complexe gazier était trop tributaire de l’armée algérienne ». Aussi, outre les nouvelles mesures de sécurité, l’organisation de la coopération entre les opérateurs du site a été revue et la coordination avec les autorités algériennes « améliorée », a indiqué la compagnie norvégienne.

>> Voir également : l’attaque d’In Amenas et ses conséquences sur la doctrine algérienne

Infrastructures endommagées

Malgré cette reprise graduelle de la production, rappelle l’AFP, le complexe d’In Amenas ne fonctionne pas encore à plein régime car il a été très endommagé par l’attaque, et un des trois trains de production encore en cours de réparation ne devrait pas fonctionner avant quelques mois, a précisé un porte-parole de Statoil à l’agence de presse. Pour rappel, avant l’attaque islamiste de 2013, le site d’Amenas fournissait environ 11,5 % de la production de gaz naturel de l’Algérie.