Politique

La force du G5 Sahel reprend ses opérations

| Par AFP
Mis à jour le 20 janvier 2019 à 17h02
Un soldat malien montant la garde devant un bâtiment du G5 Sahel,à Sévaré, au Mali.

Un soldat malien montant la garde devant un bâtiment du G5 Sahel,à Sévaré, au Mali. © Sébastien rieussec/AFP

La force antijihadiste du G5 Sahel est « en train » de reprendre ses opérations, suspendues après l’attentat contre son QG à l’été 2018, a annoncé dimanche la ministre française des Armées, Florence Parly.

« En ce moment même, après plusieurs mois d’arrêt (..) la force conjointe est en train de reprendre ses opérations », a-t-elle dit, sans autre précision, dans l’émission « Questions politiques » co-animée par la radio France Inter, le journal Le Monde et France Télévisions.

Après une lente montée en puissance, la force, constituée par cinq Etats du Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad) et qui doit atteindre 5 000 hommes à pleine capacité, a connu un coup d’arrêt avec l’attaque de son QG le 29 juin 2018 à Sévaré, dans le centre du Mali.

Le Mauritanien Hanena Ould Sidi a alors succédé au Malien Didier Dacko à sa tête. Il a depuis fait le tour des unités de la force conjointe et passé en revue les équipements dont elle avait besoin.

Les cinq États ont relancé parallèlement les appels à la communauté internationale pour que les quelque 420 millions d’euros de dons promis à la force soient versés.

Barkhane présente « tant que nécessaire »

Florence Parly a par ailleurs réitéré que la force française Barkhane (4 500 hommes) resterait présente au Sahel « tant que cela sera nécessaire, ce qui ne veut pas dire que nous avons vocation à être éternels ».

« La vocation de cette force Barkhane, c’est de lutter contre le terrorisme et des groupes jihadistes nombreux sont dans cette zone du Sahel, ils menacent évidemment les régions en question mais aussi la sécurité des Européens et des Français », a-t-elle souligné.

Barkhane a également des missions de formation, d’entraînement et d’accompagnement des forces locales dans des opérations conjointes, a ajouté la ministre.

Des « dizaines de terroristes » ont ainsi été neutralisés en janvier lors d’opérations menées conjointement par Barkhane et les forces armées maliennes, a-t-elle rappelé.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte