Justice

Le rappeur MHD mis en examen et placé en détention provisoire pour « homicide volontaire »

MHD lors des BET Awards 2017. © Richard Shotwell/AP/SIPA

MHD, le rappeur parisien en pleine ascension, est depuis jeudi soir en détention provisoire, mis en cause dans l'enquête sur l'agression mortelle d'un jeune en juillet lors d'une rixe entre bandes à Paris. Des faits pour lesquels il « conteste toute implication ».

Après 48 heures de garde à vue, l’artiste parisien de 24 ans, Mohamed Sylla de son vrai nom, a été présenté au juge d’instruction qui l’a mis en examen pour « homicide volontaire ». Selon son avocate Elise Arfi, il « conteste toute implication dans cette rixe » survenue le 6 juillet dernier, « sa présence sur le lieu des faits n’étant pas été avérée ». Elle a annoncé qu’elle ferait appel de son placement en détention provisoire, au regard notamment de ses « garanties de représentation » et de l’« absence d’antécédent judiciaire », selon un communiqué transmis dans la soirée.


>>> À LIRE – Musique : MHD, le syndrome d’Icare


La voiture de MHD aperçue sur les lieux

Connu notamment pour un tube à la gloire du PSG, ce rappeur plébiscité des jeunes avait été placé en garde à vue mardi matin à la demande du magistrat parisien en charge de l’enquête, en même temps que trois autres suspects, eux aussi mis en examen pour les mêmes faits, a précisé l’avocate.

L’affaire remonte à l’été dernier lorsqu’ un jeune de 23 ans avait succombé à un passage à tabac et à une blessure à l’arme blanche dans le Xe arrondissement de la capitale, « un règlement de compte entre bandes du Xe et du XIXe arrondissement » qui avait impliqué une quinzaine de personnes, selon une source proche de l’enquête. « Plusieurs jeunes du XIXe étaient descendus sur le Xe pour une « opération punitive » « , a relaté la même source. Ce jour-là, la voiture du rappeur, originaire du XIXe arrondissement, aurait été aperçue sur les lieux.

Elise Arfi assure que le jeune homme n’a « jamais été impliqué dans des conflits entre bandes rivales ». La version qu’elle défend est que le « véhicule appartenant à monsieur Sylla a été utilisé par des individus, identifiés par les enquêteurs comme auteurs de cette agression mortelle ».

« Dès qu’il en a eu connaissance », Mohamed Sylla s’était rapproché du juge d’instruction courant juillet par l’intermédiaire de son avocat, ajoute-t-elle. Il a alors fait savoir « qu’il se tenait à la disposition de la justice pour expliquer les circonstances dans lesquelles son véhicule avait pu être utilisé » sur les lieux, développe l’avocate.

Grand soutien des rappeurs français 

Plusieurs rappeurs français ont apporté leur soutien sur les réseaux sociaux à « leur frère » MHD depuis son placement en garde à vue. Naza a posté sur Instagram « Force mon frérot », suivi d’un émoticône avec deux mains jointes en prière et d’un cœur, Black M lui a de son côté souhaité « force et longue vie ».

MHD, inventeur autoproclamé de l’« afro-trap », rap festif aux influences africaines, est notamment connu pour son tube « Afro Trap Part. 3 (Champions League) », hymne à la gloire du PSG, et pour son premier album éponyme, certifié triple disque de platine en France et disque de platine à l’export. Il s’était lancé dans la musique en 2015, alors qu’il était livreur de pizza, propulsé par les réseaux sociaux.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte