Pétrole & Gaz

Sonatrach et Total créent une société commune en Algérie

Exploitation d'hydrocarbures en Algérie (Sonatrach). © Omar sefouane

Le géant public algérien Sonatrach et le groupe français pétrolier Total ont entériné ce jeudi 17 janvier à Oran la création d'une société commune, Step, qui construira et exploitera le premier complexe de production de polypropylène en Algérie.

Toufik Hakkar, vice-président de Sonatrach chargé du Développement de l’activité et du Marketing, et Jean-Pascal Clémençon, directeur général de Total Algérie, ont signé les statuts de Sonatrach Total Entreprises Polymères (Step), détenue à 51% par l’entreprise algérienne et à 49% par la française.

Les PDG de Sonatrach et Total, Abdelmoumen Ould Kaddour et Patrick Pouyanné, avaient signé en octobre à Alger un pacte d’actionnaires en ce sens.

La Step va construire et exploiter un « complexe de déshydrogénation du propane et production du polypropylène » dans la zone industrielle d’Arzew, près d’Oran (400 km à l’ouest d’Alger), où se trouvent une raffinerie et un complexe de liquéfaction de gaz, selon un communiqué de Sonatrach.

« Ce projet (…) permettra d’assurer une couverture totale des besoins du pays en polypropylène, actuellement importés » et « la création de plus 1 000 emplois directs et 6 000 emplois indirects », selon ce texte.

Fonctionnel en 2022

En octobre, Abdelmoumen Ould Kaddour avait estimé que le complexe commencerait à fonctionner au cours de l’année 2022.

Sonatrach fournira annuellement, à partir des installations de GPL à Arzew, les 640 000 tonnes de propane nécessaires à la production de 550 000 tonnes de polypropylène par an, que Step se chargera également de commercialiser, avaient également indiqué Sonatrach et Total en octobre.

La déshydrogénation du propane permet de produire du propylène, matière première du polypropylène, plastique utilisé par de nombreuses industries (textile, pharmacie, automobile, films plastiques et emballage…).

Actuellement, l’Algérie importe la totalité de ses besoins en polypropylène, des coûts qui pèsent sur les réserves de changes du pays, sérieusement entamées ces dernières années par la baisse des prix du pétrole.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte