Justice

Côte d’Ivoire : le parlement s’oppose à la levée de l’immunité des députés Jacques Ehouo et Alain Lobognon

| Par - à Abidjan
Mis à jour le 07 février 2019 à 17h07
Guillaume Soro a démissionné de l’Assemblée nationale le 8 février 2019.

Guillaume Soro a démissionné de l'Assemblée nationale le 8 février 2019. © Issam Zejly/TRUTHBIRD MEDIAS pour JA

Le bureau du parlement ivoirien s’est refusé à lever l’immunité parlementaire des députés Jacques Ehouo et Alain Lobognon, comme le souhaitait le procureur.

Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale, s’est déplacé personnellement pour présider la rencontre, qui s’est tenue sous haute tension. Les députés du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et pour la paix (RHDP) militaient pour une levée de l’immunité des deux parlementaires, poursuivis par la justice.

« La réunion a été très tendue. Ne parvenant pas à trouver un consensus, le président Guillaume Soro a autorisé la tenue d’un vote pour trancher la question », explique un député ayant participé aux débats.

Coup de théâtre : les 13 députés du RHDP – sur les 27 membres qui constituent le bureau du parlement – ont refusé de prendre part à ce vote. Malgré cette abstention, les membres du bureau du parlement ont voté pour la fin des poursuites judiciaires contre Alain Lobognon, le député de Fresco (Sud-Ouest) incarcéré depuis le 15 janvier pour divulgation de fausses nouvelles et trouble à l’ordre public. Son collègue Jaques Ehouo, le député du Plateau poursuivi pour détournements et faux en écriture, ne sera donc pas placé sous mandat de dépôt, comme le souhaitait le procureur.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer