Économie

Libre-échange avec l’Union européenne : la Tunisie est-elle prête ?

Youssef Chahed et Jean-Claude Juncker; à Bruxelles, le 24 avril 2018. © SIPA/ Frederic Sierkowski

Alors que les négociations entre la Tunisie et son partenaire européen pour un accord sur le libre-échange complet et approfondi (Aleca) sont amorcées depuis plus de trois ans, des acteurs de la société civile craignent les retombées « désastreuses » d’un tel accord.

Initiés en 2015, les pourparlers de l’accord de libre-échange complet et approfondi (Aleca), qui vise à limiter les obstacles tarifaires et à harmoniser l’environnement commercial et juridique des deux partenaires, en sont au troisième round, après une semaine de délibération à Bruxelles, du 10 au 14 décembre.

Mais l’Aleca inquiète de nombreux observateurs et économistes tunisiens, qui dénoncent « un certain empressement de la part du gouvernement » à ouvrir un pays de 11 millions d’habitants à un continent de 500 00 millions d’habitants, classé deuxième puissance économique mondiale.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte