Politique

Tunisie : huit ans après la révolution, « les réformes sont neutralisées par les luttes au sein du pouvoir »

Le 17 décembre 2011, des milliers de Tunisiens étaient venus célébrer le premier anniversaire de la Révolution à Sidi Bouzid. © Amine Landoulsi/AP/SIPA

Célébrations pour les uns, pessimisme pour d’autres, la Tunisie commémore en ce 14 janvier le huitième anniversaire officiel de sa révolution. L’occasion de revenir avec le chercheur Mohamed Kerrou, auteur en 2018 d'un ouvrage intitulé « L’autre révolution », sur les fondements et les évolutions tumultueuses de la transition démocratique.

Mohamed Kerrou, professeur de sciences politiques à la faculté de droits et des sciences politiques de Tunis, est l’auteur de « L’autre révolution », paru en 2018 aux éditions Cérès. Il revient pour Jeune Afrique sur les acquis de la révolution tunisienne du 14 janvier 2011, date du départ de Ben Ali, mais aussi ses zones d’ombres et son devenir.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte