Archives

Macky Sall

Nouveau Premier ministre

Par - Cheikh Yérim Seck
Mis à jour le 26 avril 2004 à 01:00

Le nouveau Premier ministre du Sénégal est un vrai timide, mais un faux doux. S’il a du mal à regarder son interlocuteur dans les yeux, et s’abrite derrière cette réserve bien peule, Macky Sall est un homme à poigne. L’expulsion de neuf Français du Sénégal, en juin 2003, en réaction aux charters de Nicolas Sarkozy, c’est lui. L’ouverture des discussions autour de la révision du fichier électoral sans la présence du CPC, « trop porté à la surenchère », c’est encore lui. Les récurrentes opérations coup de poing qui débarrassent les artères de Dakar des délinquants et prostituées, c’est toujours lui.

Marié et père de deux enfants, Macky Sall a la silhouette robuste, le regard acéré, la mise impeccable.
Militant du PDS depuis 1987, il connaît une ascension rapide au lendemain de la victoire du 19 mars 2000. Nommé directeur général de la Société des pétroles du Sénégal (Petrosen) en décembre 2000, il devient ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Hydraulique en mai 2001, et conserve pendant dix-huit mois ce département.
Ingénieur géologue, géophysicien, diplômé de l’École nationale supérieure du pétrole et des moteurs, liée à l’Institut français du pétrole de Paris, il croyait trouver sa place naturelle au département des Mines.
Mais Abdoulaye Wade le nomme ministre d’État, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, porte-parole du gouvernement en novembre 2002.

À 43 ans – il est né en décembre 1961 à Fatick, dont il est devenu maire en mai 2002 -, ce scientifique de formation passionné d’informatique, qui se sent technocrate au point de piloter la Cellule initiatives et stratégies (CIS, le club des cadres du PDS), se retrouve sur le devant de la scène politique, à la primature.
Réussira-t-il à inscrire son action dans la durée, face à un chef de l’État qui a usé trois Premiers ministres en quatre ans ?