Elections

Présidentielle au Sénégal : #SunuDebat, quand la société civile réclame un débat télévisé entre les candidats

Une fillette à côté d'un écran de télé, à Cherif Lo, près de Tivaouane au Sénégal, en 2005.

Une fillette à côté d'un écran de télé, à Cherif Lo, près de Tivaouane au Sénégal, en 2005. © SCHALK VAN ZUYDAM/AP/SIPA

De plus en plus d’internautes sénégalais militent pour l’organisation d’un débat télévisé entre les candidats à la présidentielle du 24 février à travers le hashtag #SunuDébat sur les réseaux sociaux. Plusieurs challengers de Macky Sall se sont déclarés partants, mais le président, lui, ne semble pas séduit par l’idée.

#SunuDébat. Ce hashtag a fleuri sur les réseaux sociaux sénégalais ces derniers jours autour d’une idée simple : organiser un débat télévisé entre les candidats à la présidentielle du 24 février. Au Sénégal et au sein de la diaspora, un nombre grandissant d’internautes relaient désormais cette initiative citoyenne lancée par Awa Mbengue, une étudiante de 20 ans à Sciences Po Paris qui a interpellé Macky Sall sur le sujet via Twitter le 9 janvier.

« J’ai essayé de chercher les programmes des candidats mais j’ai trouvé très peu d’informations, explique-t-elle. Je me suis dit qu’il serait intéressant d’organiser un débat de fond, pour qu’ils présentent leurs idées et montrent comment ils réagissent quand ils sont contredits. » Se défendant de toute appartenance à un quelconque parti politique, elle ajoute avoir lancé cette idée car elle ne sait « pas encore pour qui voter ».

Plusieurs candidats de l’opposition favorables au débat

Rapidement relayé par l’influent journaliste-blogueur Papa Ismaila Dieng sur sa page Facebook, le phénomène #SunuDébat a pris comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. En 72 heures, environ 10 000 tweets avec ce hashtag ont été partagés, lesquels ont été vus par plus de 80 000 personnes. « Cette popularité montre que ce débat est une vraie demande citoyenne, estime Papa Ismaila Dieng. Les Sénégalais veulent ce genre de débat télévisé. Ils se demandent pourquoi cela se fait dans beaucoup d’autres pays et pas chez nous. »

S’il en avait été brièvement question lors de la dernière campagne présidentielle, en 2012, aucun débat télévisé n’a jamais été organisé entre des candidats. Pour l’instant, quatre des six challengers de Macky Sall qui ont recueilli le nombre suffisants de parrainages pour pouvoir se présenter ont déclaré qu’ils acceptaient de participer à un tel débat : Khalifa Sall, Ousmane Sonko, Madické Niang et Issa Sall.

L’entourage de Macky Sall sceptique

L’état-major présidentiel, lui, ne semble pas favorable. Macky Sall ne s’est pas encore exprimé sur le sujet, mais son conseiller à la communication, le ministre El Hadj Hamidou Kassé, a estimé sur Twitter que les conditions d’un tel débat n’étaient pas réunies, vu le « déferlement de violence verbale » et les « propos plutôt grossiers » des opposants.

Partie des réseaux sociaux, l’initiative #SunuDébat a depuis été reprise par de nombreux médias sénégalais. La chaîne de télévision privée 2STV a, quant à elle, laissé entendre qu’elle était disposée à organiser l’événement.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte