Entreprises & marchés

De Casablanca à la direction de Solvay, le parcours sans faute d’Ilham Kadri

Ilham Kadri, en janvier 2014. © Diversey, CC-BY-SA-4.0

La Franco-Marocaine de 49 ans prendra officiellement, le 1er mars, la tête du géant belge de la chimie Solvay. Portrait d'une ingénieure brillante et engagée.

Les meilleures histoires de réussite commencent toutes par une bonne anecdote. Celle d’Ilham Kadri se déroule dans le Casablanca des années 70, et c’est encore elle qui la raconte le mieux : « Quand j’étais petite, ma grand-mère, illettrée, me répétait ce dicton populaire marocain : Les filles ont deux portes dans leurs vies : la première est celle du foyer de leur mari, la seconde, celle de la tombe. Elle m’a demandé de trouver une troisième porte. La mienne a été l’éducation. »

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte