Politique

Lutte contre la corruption en Tunisie : deux tiers des déclarations de patrimoine non effectuées

Le premier ministre tunisien, Youssef Chahed, face à l'Assemblée. © Hassene Dridi/AP/SIPA

L’Instance de lutte contre la corruption (Inlucc) n’a reçu qu’un tiers des déclarations de patrimoine attendues fin 2018. Certains élus ne se sont pas prêtés au jeu, alors même que cette initiative était censée restaurer leur image. S’ils n’honorent pas le délai supplémentaire accordé, ils pourraient faire l’objet de poursuites.

La liste des personnalités appelées à détailler leur patrimoine est longue : président, ministres, conseillers, députés, élus municipaux, responsables de partis, hauts fonctionnaires, agents de la fonction publique, magistrats, juges, journalistes, membres des instances nationales, agents des douanes, contrôleurs des entreprises publiques, présidents d’associations et de syndicats… L’instance nationale de lutte contre la corruption (Inlucc) a pour l’instant reçu 119 000 déclarations. Soit à peine plus d’un tiers des 350 000 dossiers attendus.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte