Politique

Réconciliation sous condition

| Écrit par Correspondance particulière

« Pour nous, Pierre Falcone sera toujours un ami », a souligné João Bernardo Miranda, le ministre angolais des Affaires étrangères, le 23 mai, jour de la visite à Luanda de Nicolas Sarkozy. Les Angolais suivront donc de très près le procès de l’Angolagate, qui doit s’ouvrir en octobre devant le tribunal correctionnel de Paris. Certes, aucun Angolais ne figure parmi les 42 inculpés pour trafic d’armes présumé au profit du régime de Luanda, mais, dans l’entourage du président José Eduardo Dos Santos, on ne cache pas que, si Falcone était trop malmené et, surtout, si le procès tournait au réquisitoire contre le régime, le rapprochement en cours serait compromis. Et le projet de visite de Dos Santos à Paris hypothéqué.
Bref, pour les Angolais, la France est de nouveau une amie, mais pas encore au point de lui faire totalement confiance. Ils ont certes apprécié que Sarkozy traverse toute l’Afrique pour leur rendre visite, sans faire étape dans un autre pays africain, mais Dos Santos ne s’est pas déplacé pour l’accueillir à l’aéroport. Rien à voir avec les dernières réceptions des présidents brésilien ou chinoisÂ
En fait, des deux côtés, on a tout intérêt à « tourner la page des malentendus », comme dit pudiquement Sarkozy. Les grands patrons qui l’accompagnaient à Luanda (Christophe de Margerie pour Total, Jean-Cyril Spinetta pour Air France, Rodolphe Saadé pour CMA-CGM) convoitent notamment l’immense marché de la reconstruction du pays. De leur côté, les Angolais ne sont pas fâchés de sortir de leur tête-à-tête commercial avec les Chinois et de diversifier leurs fournisseurs. Reste la question du partenariat stratégique. Pendant un long entretien de plus d’une heure au palais présidentiel, Sarkozy et Dos Santos ont évoqué la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire et sont tombés d’accord pour continuer de soutenir le régime de Joseph Kabila en RD Congo.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte