Elections

Élections en RDC : l’Union africaine « souhaite fortement que les résultats qui seront proclamés soient conformes au vote du peuple congolais »

Les responsables des élections congolaises préparent la machine à voter avant que le vote ne commence le dimanche 30 décembre 2018 à Kinshasa. © Jerome Delay/AP/SIPA

L’ancien président malien Dioncounda Traoré, chef de la mission d’observation de l’Union africaine (UA) en RDC, a dit souhaiter « fortement » que « les résultats qui seront proclamés soient conformes au vote du peuple congolais », à l'occasion de sa « déclaration préliminaire ». Il a ensuite réuni les principaux candidats pour qu'ils s'engagent à respecter les résultats si tel était le cas.

C’est une petite phrase, lâchée par Dioncouda Traoré au bout d’un discours long de huit pages, à Kinshasa, le 2 janvier. Mais elle pourrait produire d’importants remous.

L’ancien président malien, qui dirige la mission d’observation électorale de l’UA pour les élections générales du 30 décembre en RDC (MOEUA), a dit « souhaiter fortement que les résultats qui seront proclamés soient conformes au vote du peuple congolais ».

Il l’a dit dans le cadre de la « déclaration préliminaire » de la mission. Cette dernière intervient alors que le pays attend, fiévreusement et sans Internet, l’annonce des premiers résultats par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).


>>> À LIRE – Élections en RDC : le camp Fayulu se dit « largement en tête », celui de Ramazani Shadary est « serein »


Première victoire

Depuis sa tribune, à l’hôtel Kempinski, Dioncounda Traoré a affirmé que les élections « se sont globalement déroulées dans un climat apaisé et serein, malgré les ingérences et tous les défis organisationnels, politiques et sécuritaires ». « La tenue de ces élections constitue en soi une première grande victoire du peuple congolais », a-t-il affirmé.

L’ancien président malien, à la tête de 23 équipes déployées dans 13 provinces, a néanmoins relevé une série de dysfonctionnements pendant la campagne et le jour du vote.

Selon la MOEUA, le « cadre juridique des élections » a « fait l’objet de nombreuses modifications non consensuelles à l’exemple de l’introduction du seuil de représentativité pour les élections législatives nationales provinciales et locales » ou encore « l’usage de la machine à voter ». Elle a aussi noté « l’irrégularité des rencontres des cadres de concertation établis par la Ceni », lesquelles auraient pu « éviter les décisions non consensuelles, notamment l’introduction de la machine à voter et le report des élections dans les localités de Beni, Butembo et Yumbi« .

La MOEUA a relevé « les actes de violence ayant entraîné des pertes en vies humaines, notamment à Kalemie, Lubumbashi et Mbuji-Mayi et la suspension des activités de campagne pour la présidentielle à Kinshasa ».


>>> À LIRE – Élections en RDC : la Ceni reconnaît des « incidents prévisibles qui ont été pris en charge »


Concernant le jour du vote, le MOEUA a relevé un retard à l’ouverture de certains bureaux de vote « allant parfois jusqu’à 5 heures […] dû à la mise en marche des machines à voter [et] l’arrivée tardive du matériel électoral ». Celui-ci a néanmoins été « compensé » dans la majorité des bureaux de vote visités par une fermeture plus tardive.

« Quelques bureaux de vote notamment à Limete, Kalemie et Matadi » n’avaient pas reçu de matériel électoral en quantité suffisante, a encore constaté la MOEUA.

« Heureuse issue »

Quelques heures plus tard, Dioncounda Traoré a invité les trois principaux candidats du scrutin ainsi que le président de la Ceni, Corneille Nangaa, à le rejoindre pour une réunion à l’hôtel Kempinski. Les opposants Martin Fayulu et Félix Tshisekedi sont venus, tout comme le président de la Ceni Corneille Nangaa. Le candidat du camp présidentiel, Emmanuel Ramazani Shadary, s’est pour sa part fait représenter par Célestin Tunda ya Kasende.

Il s’agissait pour Dioncounda Traoré de « créer une atmosphère qui permette au peuple congolais de confirmer cette victoire qu’il a remporté par une heureuse issue », a-t-il déclaré à la presse après les discussions, qui ont duré environ deux heures. « Ce sont des démocrates : ils ont dit “si les résultats sont conformes à la volonté des Congolais, nous les accepterons” », a ajouté l’ancien président malien.

Corneille Nangaa est sorti de la salle sans dire un mot. Il doit, en principe, publier les premiers résultats avant le 6 janvier. Mais il parait désormais probable que cela prendra plus de temps.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte