Défense

Côte d’Ivoire : le chef d’état-major Sékou Touré remplacé par le général Lassina Doumbia

Le président ivoirien, Alassane Ouattara. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Le président ivoirien Alassane Ouattara a nommé le général Lassine Doumbia chef d'état-major des armées, ne souhaitant pas prolonger la mission du général Sékou Touré. Le commandant supérieur de la gendarmerie a également été remplacé.

Le chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara a surpris tout le monde, le 27 décembre, en procédant à d’importants réaménagements à la tête des forces de défense et de sécurité ivoiriennes. Le général de corps d’armée Sékou Touré, chef d’état-major des armées (62 ans), a quitté ses fonctions pour officiellement faire valoir ses droits à la retraite.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : Sékou Touré, le chef d’état-major qui veut réformer l’armée


Si le président ivoirien prolongeait habituellement ses officiers généraux dans leurs fonctions, il a cette fois-ci préféré ne pas proroger la mission de Sékou Touré, ancien pensionnaire de l’École supérieure de guerre de Paris, qui avait pris les rênes des armées ivoiriennes après la mutinerie de janvier 2017.

Remplacé par le général Lassina Doumbia

Arrivé à Abidjan le 26 décembre, de la station balnéaire d’Assinie où il a passé le réveillon de Noël, Alassane Ouattara a reçu Sékou Touré le 27 décembre au palais présidentiel pour lui signifier qu’il ne comptait pas le prolonger, mais devrait lui confier d’autres missions.

Pour succéder à Sékou Touré, originaire de la ville d’Odienné (Nord-Ouest) – la région natale de Nabintou Cissé, la mère du président Ouattara -, le chef de l’État a choisi un autre fils de la région, le général Lassina Doumbia (52 ans), anciennement chef d’état-major adjoint et commandant des forces spéciales de Côte d’Ivoire, qui sera le douzième chef d’état-major des armées ivoiriennes.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : les trois chefs militaires incontournables de l’armée


Lassina Doumbia avait été décoré en 2016 par la France pour son intervention en mars de la même année lors de l’attaque terroriste de la ville de Grand-Bassam.

Nicolas Kouakou remplacé à la tête de la gendarmerie

Le président ivoirien a également procédé à des changements à la tête de la gendarmerie, l’un des corps d’élite des forces de sécurité et de défense. Le général Nicolas Kouakou, commandant supérieur de la gendarmerie, a été remplacé par le général Alexandre Apalo Touré, qui faisait office d’adjoint.

Ce dernier est un parent proche de l’ex-commandant de la rébellion, le colonel Hervé Touré, patron de la région militaire de Bouaké, la deuxième ville du pays, dans le Centre. Alexandre Apalo Touré a gravi tous les échelons au sein du corps de la gendarmerie et est titulaire d’un doctorat en criminologie. Il est originaire de la ville de Katiola, au nord de Bouaké, et est d’ethnie Tagbana.

« Toutes ces nominations sont confirmées. Il ne s’agit pas de sanctions, mais juste de renouvellements », certifie une source au ministère de la Défense. Les nouveaux promus devraient prendre leurs fonctions à partir du 1 janvier 2019.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte