Dossier

Cet article est issu du dossier «Maurice, une ambition africaine»

Voir tout le sommaire
Energie

Maurice fait le pari du mix énergétique

Dietmar Reigber/www.isla-mauricia.com/Flickr

Dietmar Reigber/www.isla-mauricia.com/Flickr ©

L’objectif du plan Maurice île durable ? Accroître la part du renouvelable dans la consommation nationale.

Depuis 2008, Maurice mise sur la durée. Plus exactement, sur le développement durable. Confronté à une envolée des prix énergétiques, le pays, sous l’impulsion de Navin Ramgoolam, son Premier ministre, a lancé un vaste programme baptisé Maurice île durable (MID). Objectif : rééquilibrer le mix énergétique au profit des énergies renouvelables tout en réduisant la consommation intérieure.

Les embouteillages de Port Louis coûteraient à eux seuls 1,3 point de PIB annuel au pays.

Les embouteillages de Port Louis coûteraient à eux seuls 1,3 point de PIB annuel au pays. « Essentiellement économique à ses débuts, ce programme s’est étoffé jusqu’à devenir un véritable projet de société », explique Osman Mohamed, directeur exécutif de la commission MID.

Résultat d’une concertation entre les pouvoirs publics, le secteur privé, le monde associatif et la société civile, le plan d’action triennal, qui compte 130 projets dans de nombreux domaines (environnement, emploi, éducation…), a été approuvé par le gouvernement en juin 2013. Son financement, estimé à 6,2 milliards de roupies (environ 147 millions d’euros), est assuré par des taxes supplémentaires prélevées sur les importations du charbon sud-africain brûlé dans les centrales thermiques et sur les carburants – le parc automobile a augmenté de plus de 185 % en vingt ans.

Lire aussi : 

Dossier électricité : le paradoxe africain

Les clés du succès de Maurice

Pascal Tirtiaux : « La contribution du secteur privé local est fondamentale »

Photovoltaïque

Depuis, les premiers projets ont vu le jour : installation d’éoliennes et de chauffe-eau solaires au sein de centres hospitaliers, distribution d’ampoules basse consommation au grand public, entrée en exploitation de fermes photovoltaïques…

« Nous espérons atteindre 35 % d’énergies renouvelables d’ici à 2025 », précise Osman Mohamed, pour qui les premiers effets concrets du plan MID devraient se faire sentir à partir de 2016. En attendant, à plus long terme, des campagnes de reboisement, la réhabilitation des côtes endommagées et la mise en place de normes environnementales dans la construction.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte