Dossier

Cet article est issu du dossier «Maurice, une ambition africaine»

Voir tout le sommaire
Transports

Air Mauritius au pied du mur

| Par Jeune Afrique
À partir de la fin de l'année, Air Mauritius assurera deux liaisons quotidiennes entre Dubaï et Port Louis

À partir de la fin de l'année, Air Mauritius assurera deux liaisons quotidiennes entre Dubaï et Port Louis ©

Après de sérieuses difficultés financières, Air Mauritius a renoué avec les bénéfices. Sa recette : réduire la voilure vers l’Europe en crise et davantage de liaisons vers l’Inde et la Chine. Par ailleurs, l’arrivée d’Emirates sur l’île pourrait enfin en faire un hub régional.

Fooad Nooraully en a assez de se répéter. À peine évoque-t-on les carences que le secteur privé impute au transporteur national que le vice-président d’Air Mauritius s’agace : « Pour développer une liaison aérienne, il faut qu’il y ait du trafic. » « Maurice a signé des accords bilatéraux avec vingt-cinq pays, et ce n’est pas de notre faute si les autres compagnies n’y viennent pas », insiste-t-il, rappelant qu’Air India et Virgin Atlantic s’y sont essayées, avant de repartir.

Lire aussi :

Quel partenaire pour Air Mauritius ?

Pourquoi Maurice mise sur le haut de gamme


Emirates renforce sa présence au Maroc et au Nigeria

Après deux ans de pertes sèches, Air Mauritius a dû sérieusement réduire la voilure. En « coupant du kilomètre », elle a renoué avec les bénéfices et engrangé 7,3 millions d’euros en 2013. Sa recette : moins de vols vers l’Europe en crise, et davantage de liaisons vers l’Inde et la Chine.

Arrivée d’Emirates

Les liaisons avec l’Afrique ont en revanche peu évolué : seul Nairobi est desservi en direct (trois vols par semaine) en plus des grands aéroports sud-africains. Trop peu pour faire de l’île un hub régional.

L’arrivée d’Emirates, en décembre 2013, pourrait résoudre une partie du problème. À partir de la fin de l’année, la compagnie assurera deux liaisons quotidiennes entre Dubaï et Port Louis. Par ailleurs, en juin, China Southern Airlines a lancé son service au départ de Shenzhen. D’autres devraient suivre. D’autant que, depuis septembre 2013, Port Louis dispose d’un aéroport flambant neuf, grâce aux 300 millions de dollars (environ 225 millions d’euros) investis dans un nouveau terminal de 56 900 m². À la mesure de la croissance espérée pour le secteur.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte