Sécurité

Terrorisme : extradé de Djibouti, le jihadiste Peter Cherif a été placé en garde à vue à son arrivée en France

Le jihadiste Peter Cherif (au centre) sort d'une voiture à Djibouti le 22 décembre 2018 avant d'être extradé en France.

Le jihadiste Peter Cherif (au centre) sort d'une voiture à Djibouti le 22 décembre 2018 avant d'être extradé en France. © AFP / Houssein Hersi

Le jihadiste français Peter Cherif, arrêté à Djibouti, a été placé en garde à vue à son arrivée en France le dimanche 23 décembre, ont annoncé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et le parquet de Paris.

« Peter Cherif a été interpellé à [l’aéroport de] Roissy et placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris en mai 2017 » pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle », a précisé dimanche le parquet antiterroriste. Les investigations ont été confiées à la DGSI (Direction générale de la sécurité Intérieure).

Le Français de 36 ans avait embarqué samedi vers 22 h 20 à bord d’un vol Air France à destination de Paris, menotté dans le dos et sous escorte.

Ce proche des frères Kouachi, auteurs de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo en janvier 2015, « avait fui la justice française, il devra devant elle répondre de ses actes », a tweeté le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. Il a également salué « l’efficacité » de ses services et des « échanges internationaux ».

Arrivé par la voie maritime à Djibouti

Peter Cherif avait été arrêté le 16 décembre à Djibouti. Selon la présidence djiboutienne, il était arrivé à Djibouti par voie maritime via la ville côtière d’Obock, en provenance du Yémen, en possession de fausses pièces d’identité.

Devenu au Yémen un cadre d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), il est connu pour avoir été un intime des assaillants du journal satirique Charlie Hebdo, les frères Saïd et Chérif Kouachi.

En raison de ces liens, le nom de Peter Cherif apparaît dans l’enquête sur les attentats de janvier 2015 (Charlie Hebdo, Montrouge, Hyper Cacher), qui ont fait 17 morts.

Mais s’il a pu être présenté par certains médias comme un « possible commanditaire » de ces attentats, Peter Cherif ne fait, selon une source judiciaire en France, l’objet d’aucun mandat d’arrêt dans ce dossier. Le parquet de Paris vient de requérir un renvoi aux assises pour 14 suspects, en grande partie des soutiens logistiques présumés des tueurs.

Plusieurs évasions

Il reste quoi qu’il arrive une cible de choix pour l’antiterrorisme français, comme pour les États-Unis qui l’ont inscrit en septembre 2015 sur leur liste noire de « combattants terroristes étrangers ».

Arrêté une première fois à Falloujah, en Irak, fin 2004 alors qu’il combattait dans les rangs d’Al-Qaïda en Irak, Peter Cherif, condamné à 15 ans de prison à Bagdad, s’était ensuite évadé d’une prison irakienne en mars 2007 avant de rejoindre la Syrie.

Extradé par la suite en France, il y fut incarcéré pendant dix-huit mois. Il avait disparu en mars 2011, au dernier jour de son procès à Paris, et pris la fuite vers le Yémen. Condamné à cinq de prison, il avait fait immédiatement l’objet d’un mandat d’arrêt en vue de l’exécution de sa peine.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte