Sécurité

RDC : au moins cinq morts dans une attaque de rebelles dans l’est

Des soldats congolais (FARDC) en 2012.

Des soldats congolais (FARDC) en 2012. © Jerome Delay/AP/SIPA

Au moins cinq personnes, dont quatre civils et un militaire, ont été tuées dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 décembre, lors d’une attaque attribuée aux rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) à Béni, dans l’est de la République démocratique du Congo.

Après l’attaque ayant ciblé Masiani, un quartier de Béni, dans la nuit de samedi à dimanche, les corps des cinq victimes étaient à la morgue de l’hôpital. Parmi les personnes tuées, toutes par balle, se trouvent quatre hommes (trois civils et un militaire) et une femme.

Trois blessés ont également été admis aux urgences de l’hôpital de Béni. Selon des témoins, huit personnes au total pourraient avoir été tuées « par des ADF ».

L’armée et les autorités n’étaient pas encore disponibles pour confirmer l’attaque et le bilan.

De l’Ouganda à l’est de la RDC

Les ADF sont un groupe armé, aux opérations jamais revendiquées et sans aucun leadership affiché. Ils sont d’abord apparus comme un groupe de rebelles ougandais musulmans opposés au président Yoweri Museveni, et sont présents en RDC depuis 1995. Ils sont accusés d’être responsables de massacres des plusieurs centaines de civils depuis octobre 2014.

La région, frontalière de l’Ouganda, est également frappée par une épidémie de la maladie à virus Ebola depuis début août qui a causé 347 décès, selon le bilan du ministère congolais de la Santé daté de samedi.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte