Vie des partis

Kobenan Kouassi Adjoumani : « Les irréductibles ont manipulé Henri Konan Bédié »

Le ministre ivoirien des Ressources halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani, ici en 2015.

Le ministre ivoirien des Ressources halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani, ici en 2015. © CC/Wikimedia/Christian Menzan

Ancien cadre du PDCI, ce ministre a choisi son camp. Le 26 janvier prochain, lors du congrès constitutif du RHDP, Kobenan Kouassi Adjoumani tournera définitivement le dos à son parti pour rejoindre celui d'Alassane Ouattara.

Kobenan Kouassi Adjoumani est depuis des années l’un des francs-tireurs de la politique ivoirienne. Ministre des Ressources animales et Halieutiques depuis 2011 et longtemps porte-parole du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), il n’a pas voulu suivre Henri Konan Bédié dans sa rupture avec Alassane Ouattara.

Le fondateur du mouvement de soutien au Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), « Sur les traces d’Houphouët-Boigny », sera le 26 janvier prochain au congrès constitutif du parti unifié. Relations avec Henri Konan Bédié, nom du candidat à la présidentielle, futur parti unifié, il prend position.

Jeune Afrique : Êtes-vous aujourd’hui membre du PDCI ou du RHDP ? 

Kobenan Kouassi Adjoumani :  Je demeure pour l’instant membre du PDCI mais à partir du 26 janvier, dès que nous aurons fait le congrès constitutif du RHDP, je deviendrai un militant acharné et convaincu du RHDP. Ce jour-là, je tournerai le dos au PDCI.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : dans les coulisses de la crise au sein du PDCI


Depuis combien de temps n’avez-vous pas parlé à Henri Konan Bédié, le chef du PDCI ?

Deux jours avant le lancement de « Sur les traces d’Houphouët-Boigny », je suis allé le voir pour lui présenter ce mouvement. Je voulais d’ailleurs l’appeler « Sur les traces d’Houphouët-Boigny avec Henri Konan Bédié », mais il m’a alors dit qu’il ne voulait pas y être associé. Depuis, nous ne nous sommes pas revus.

Comprenez-vous sa rupture avec Alassane Ouattara

J’ai été très surpris. Henri Konan Bédié m’a mandaté de nombreuses fois pour défendre la cause du RHDP. Je suis sûr que son cœur vibre pour le RHDP mais certains irréductibles l’ont manipulé. C’est comme ça que nos déboires ont commencé, à cause de ces agendas cachés.

Vous pensez que le président Bédié est manipulé ? 

Des forces occultes ont œuvré pour le pousser à rebrousser chemin et ces personnes n’ont agi que pour des raisons égoïstes. Avec un parti unifié, il y aurait eu moins de postes. Maurice Kakou Guikahué, par exemple, aurait pu perdre sa place de secrétaire exécutif, ce dont il ne voulait pas.

Mais aujourd’hui, notre papa doit s’interroger. Pourquoi lors des élections locales à Gagnoa, le fief de Guikahué, le PDCI a-t-il perdu ? Pourquoi, dans le Gôh, le PDCI a-t-il perdu ?

La direction du PDCI assure que la base du parti est hostile au projet de parti unifié…

Non, la base du PDCI se trouve avec nous ! C’est ce que je m’acharne à expliquer au président Bédié. Les dernières élections le prouvent. Avec le ralliement d’indépendants, le RHDP a désormais 125 mairies et 24 conseils régionaux. Avant, le PDCI et le RDR se partageaient ces collectivités, maintenant, le PDCI a la partie la plus rabougrie.

Mais au sein du PDCI, qui est à vos côtés ? Jeannot Ahoussou-Kouadio, le président du Sénat, ou le secrétaire général de la présidence, Patrick Achi, ne se sont pas clairement positionnés…

Je ne sais pas ce qu’ils vont faire le 26 janvier. Ils avaient promis de nous rejoindre, et ne l’ont pas fait. À eux de choisir désormais. Comme le dit l’adage, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

L’important, c’est que le candidat en 2020 soit RHDP. Je battrai campagne pour lui, avec toute mon énergie

Pour Henri Konan Bédié, la rupture est arrivée parce qu’Alassane Ouattara n’a pas tenu sa promesse. Il assure que le président ivoirien lui avait promis l’alternance pour 2020, c’est-à-dire que le PDCI présente un candidat soutenu par le RDR…

Alassane Ouattara n’a promis d’alternance à personne. D’ailleurs, un jour, le président Bédié, m’a lui-même dit : « Les gens nous pompent l’air avec leurs histoires d’alternance, fais une conférence de presse et dis-leur que c’est un domaine réservé entre Alassane et moi. »


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : chacun cherche son candidat pour 2020


Vous ne pensez pas qu’il faille un candidat PDCI en 2020 ? 

Je pense que le président Bédié et le président Ouattara pouvaient choisir le meilleur d’entre nous. Ce pouvait être un homme du PDCI, comme du RDR, de l’UDPCI…

L’important, c’est que ce candidat soit RHDP. Je battrai campagne pour lui, avec toute mon énergie.

Alassane Ouattara vous a-t-il promis un poste au sein du futur RHDP et du prochain gouvernement en échange de votre soutien ?

Non, c’est au président de choisir les joueurs qu’il souhaite pour gagner le match et je crois que dans l’esprit du président, je fais partie des joueurs les plus précieux. Avant même la tenue du congrès, il m’a nommé porte-parole principal du RHDP.

Jamais Bédié ne m’a parlé de sa candidature pour 2020

Certains de vos proches estiment qu’Henri Konan Bédié sera candidat en 2020. C’est aussi votre avis ?

Jamais Bédié ne m’a parlé de sa candidature pour 2020. En revanche, en 2010, lorsqu’il s’est porté candidat, il m’a dit qu’il menait son dernier combat.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte