Politique

Soudan : l’armée déployée après des manifestations contre la hausse du prix du pain

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 21 décembre 2018 à 17h50
Le président soudanais Omar el-Béchir, lors d'un discours à Djouba en janvier 2014.

Le président soudanais Omar el-Béchir, lors d'un discours à Djouba en janvier 2014. © Ali Ngethi/AP/SIPA

L’armée a été déployée vendredi 21 décembre dans la capitale soudanaise, Khartoum, et dans d’autres villes du pays, au lendemain de la mort de huit protestataires dans des affrontements avec la police lors de manifestations contre la hausse du prix du pain.

Le gouvernement a augmenté cette semaine le prix du pain de 1 à 3 livres soudanaises (environ 2 à 6 centimes d’euros) ou de 1 à 5 livres selon les régions, alors qu’une pénurie de pain touche depuis trois semaines plusieurs villes du Soudan, dont Khartoum.

Cette décision a entraîné des manifestations depuis mercredi dans plusieurs villes du pays. La contestation s’est étendue jeudi à Khartoum, où la police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants près du palais présidentiel. Six manifestants ont été tués à Al-Gadaref et deux autres à Atbara, deux villes situées à l’est de Khartoum, ont indiqué jeudi des responsables.


>>> À LIRE – Soudan : huit morts dans des protestations contre la hausse du prix du pain


Vendredi, jour chômé dans ce pays musulman, le calme prévalait en matinée à Khartoum et dans les villes où avaient eu lieu des manifestations comme Al-Gadaref, Dongola ou Ad-Damar. Dans la capitale, le trafic était revenu à la normale mais des policiers patrouillaient dans les rues et des soldats ont été déployés près des stations-service et des banques dans le nord de la ville. Des policiers ont été aperçus à bord de leur véhicule avec des matraques et des gaz lacrymogènes, et les soldats eux étaient équipés de Kalachnikovs, ont indiqué des témoins. Des files d’attente se sont formées devant les boulangeries dans le nord de Khartoum.

Crise économique

Des habitants d’Al-Gadaref et Atbara ont fait également état du déploiement des forces de sécurité pour protéger les bâtiments gouvernementaux et les banques. « Aujourd’hui, la ville est calme et la plupart des magasins dans le marché principal ont rouvert », a indiqué au téléphone Mohammed Sharif Omran, résident à Al-Gadaref.

Jeudi, des manifestants en colère avaient mis le feu au siège du Parti du congrès national du président Omar el-Béchir

Jeudi, des manifestants en colère avaient mis le feu au siège du Parti du congrès national du président Omar el-Béchir à Al-Gadaref et Dongola, dans le Nord. À Al-Gadaref, des centaines de protestataires avaient également lancé des pierres sur les banques et détruit des voitures, selon un habitant.

Le Soudan traverse cette année des difficultés économiques croissantes, avec une inflation de près de 70 % et une plongée de la livre soudanaise face au dollar américain. Le prix de certains produits a plus que doublé. En janvier, des manifestations contre la hausse du coût des denrées alimentaires avaient été rapidement matées par les autorités, qui ont arrêté des leaders de l’opposition et des militants.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte