Société

Djibouti : les circonstances exactes de l’arrestation du jihadiste français Peter Cherif

Des officiers de la police spéciale française ont clôturé l'appartement à Saint-Denis, dans la banlieue de Paris, le 18 novembre 2015, au moment des coups de feu et d'une exposition. © Tsuyoshi Matsumoto/AP/SIPA

Présenté par certains médias comme un « possible commanditaire » des attentats de janvier 2015 en France, Peter Cherif, proche des frères Kouachi, a été arrêté dimanche 16 décembre par la police djiboutienne.

Fin de cavale pour Peter Cherif. Le « possible commanditaire » des attentats de janvier 2015 a été arrêté le 16 décembre par la police djiboutienne. Entré dans le pays le 9 septembre 2018, en provenance du Yémen, avec des papiers yéménites, sous la fausse identité de Mohamed Bamakhrama (un nom typique de l’Hadramaout, province de l’est du Yémen où le groupe terroriste Al-Qaïda est très présent), il était accompagné de son épouse, une Franco-Algérienne, et de leurs deux enfants.


>>> À LIRE – Dossier : Attentats de Paris : les Africains du 13 novembre


Cette figure française du jihad, aussi connue sous le pseudonyme d’Abou Hamza, a été placée en garde à vue après son arrestation.

Installé dans un quartier populaire

Le couple s’était rapidement fondu dans la masse en s’installant dans le quartier populaire de Balbala, où il vivait de petits boulots. Peter Cherif et sa famille avaient déposé une demande de visa au consulat d’Algérie. Malgré leur discrétion, ils ont été repérés par la police djiboutienne, qui les a placés sous surveillance avant d’informer les Français et les Américains.

Peter Cherif est notamment dans le viseur des États-Unis, qui l’ont inscrit en septembre 2015 sur la liste noire des « combattants terroristes étrangers ». Mercredi, Christophe Guilhou, l’ambassadeur de France à Djibouti, a officiellement demandé son extradition.

« Possible commanditaire » des attentats de janvier 2015

En raison de ses liens avec les frères Kouachi, Peter Cherif a été présenté par certains médias comme un « possible commanditaire » des attentats de janvier 2015, une hypothèse reprise vendredi par la ministre de la Défense Florence Parly. L’enquête sur les attaques de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’Hyper Cacher, qui ont fait 17 morts en janvier 2015, a été close récemment.

Arrêté une première fois à Falloujah, en Irak, fin 2004, alors qu’il combattait dans les rangs d’Al-Qaïda, Peter Cherif, condamné à quinze ans de prison à Bagdad, s’était ensuite évadé d’une prison irakienne en mars 2007, avant de rejoindre la Syrie. Extradé par la suite en France, il y fut incarcéré pendant dix-huit mois. Il avait disparu en mars 2011, au dernier jour de son procès à Paris, et pris la fuite vers le Yémen.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte