Politique

Comores : quatre proches de l’opposition condamnés à la prison à vie

Le président des Comores Azali Assoumani à sa sortie du palais de l'Elysée, en octobre 2016. © Christophe Ena/AP/SIPA

La justice comorienne a condamné samedi soir aux travaux forcés à perpétuité quatre proches de l'opposition au président comorien Azali Assoumani reconnus coupables de "complot" et "d'atteinte à la sûreté de l'Etat".

Parmi les condamnés figurent l’ex-vice-président Djaffar Ahmed Saïd , qui s’était opposé au récent référendum constitutionnel organisé par le chef de l’Etat. Actuellement réfugié en Tanzanie, il fait l’objet d’un mandat d’arrêt international.

Les trois autres sont le frère de l’ancien vice-président, l’avocat Bahassane Ahmed Saïd, l’écrivain Said Ahmed Said Tourqui, dit Sast, et un officier, le commandant Faissoil Abdousalam.

Lors de ce procès de deux jours, la Cour de sûreté de l’Etat a également infligé des peines de vingt à trois ans d’emprisonnement à quatre autre accusés, dont l’ancien numéro de l’armée, le colonel Ibrahim Salim.

Au début de l’audience, le parti de Bahassane Ahmed Said avait dénoncé dans un communiqué un « tribunal d’exception, contre les droits de l’Homme, la démocratie et l’Etat de droit (…) une insulte à la démocratie ».

L’opposition dénonce une dérive autoritaire

Habitué des coups d’Etat et des révoltes armées, l’archipel des Comores traverse depuis plusieurs mois une nouvelle crise politique et institutionnelle.

Lui-même ancien putschiste élu démocratiquement en 2016, Azali Assoumani a organisé en juillet un référendum constitutionnel qui lui permet d’effectuer plusieurs mandats et de régner jusqu’en 2029.

Une élection présidentielle anticipée, à laquelle Azali Assoumani a déjà annoncé qu’il serait candidat, est prévue au premier semestre 2019. L’opposition dénonce depuis la dérive autoritaire du chef de l’Etat. Plusieurs de ses responsables, dont le chef du parti Juwa et ancien président Ahmed Abdallah Sambi, ont été depuis arrêtés et placés en détention provisoire.

La récente réforme constitutionnelle a également supprimé le principe de la présidence tournante tous les cinq ans entre les trois îles de l’Union des Comores (Anjouan, Grande-Comore, Mohéli).

A la mi-octobre, un groupe de rebelles armés opposés à Azali Assoumani – issu de la Grande-Comore – ont ainsi affronté l’armée durant une semaine à Mutsamudu, la capitale de l’île d’Anjouan. Le calme y est depuis revenu.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte