Politique

Ouganda : le chanteur Bobi Wine échappe à la police

Bobi Wine accueilli par des partisans à son domicile à Kampala, le 20 septembre 2018. © Ronald Kabuubi/AP/SIPA

Le chanteur et figure de proue de l'opposition ougandaise Bobi Wine a choisi de passer à la clandestinité à la suite d'un raid de la police dans l'hôtel où il logeait avant un concert, a affirmé dimanche son avocat.

Bobi Wine – Robert Kyagulanyi de son vrai nom – devait se produire samedi soir à Jinja, à 80 km à l’est de la capitale Kampala, quand la police a lancé une descente dans son hôtel.

Il a été « contraint de prendre la fuite et de se cacher », tandis que plusieurs de ses proches étaient détenus et battus, a affirmé Robert Amsterdam, l’avocat basé à Londres.

Large dispositif

« La police a fait une descente à l’hôtel de la ville où nous nous reposions avant le spectacle de ce soir et a arrêté bon nombre des membres de notre équipe. Au moment où nous parlons, la police encercle tout le quartier à ma recherche », a tweeté Bobi Wine.

L’avocat de la star a qualifié le raid d' »acte clair et éhonté de répression politique ciblée par les autorités ougandaises visant à violer les droits de l’homme de Bobi Wine ».

Depuis qu’il s’est affirmé en 2017 comme un ferme opposant du président Yoweri Museveni, les autorités ont à plusieurs reprises empêché Bobi Wine, 36 ans, de se produire en public.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte