Santé

RDC : la barre des 300 morts d’Ebola dépassée

Un agent de l'Organisation mondiale de la Santé se prépare à administrer un vaccin Ebola à un travailleur humanitaire à Mangina, en RDC, le 8 août 2018. © Al-hadji Kudra Maliro/AP/SIPA

L'épidémie d'Ebola en cours dans l'Est de la République démocratique du Congo a fait plus de 300 morts, ont rapporté vendredi les autorités sanitaires qui saluent une petite victoire: la guérison d'un nourrisson.

« Il y a eu 303 décès (255 confirmés et 48 probables) et 179 personnes guéries », indique le bulletin du ministère de la Santé sur la riposte de l’épidémie d’Ebola daté de jeudi.

Cette épidémie d’Ebola est la dixième sur le sol congolais. Elle a été déclarée le 1er août à Beni dans la province du Nord-Kivu (est) et aux marges de l’Ituri (nord-est). Il s’agit aussi de la deuxième plus grave de l’histoire, d’après le ministère de la Santé, après l’épidémie d’Ebola qui avait tué plus de 11 000 personnes, principalement en Guinée, Sierra Leone et au Liberia en 2014.

Beni, épicentre de l’épidemie

Mercredi, le ministère a relevé que les équipes de surveillance de Goma, capitale du Nord-Kivu d’environ un million d’habitants, étaient à la recherche de six personnes, trois adultes et trois enfants, qui avaient été en contact avec un cas confirmé de Beni, épicentre de l’épidémie.

Toutes ces personnes ont finalement été retrouvées et les tests de laboratoire se sont révélés négatifs. Ces personnes continuent à être suivies, selon les autorités.

« Depuis le début de l’épidémie, la ville de Goma est une zone exposée au même titre que les villes de Bunia et Kisangani (nord-est) en raison des déplacements réguliers de la population entre les zones actuellement touchées par l’épidémie d’Ebola et ces trois grands centres urbains », reconnait le ministère.

Bonne nouvelle

Les autorités se sont tout de même réjouies de la guérison d’un nourrisson sorti du Centre de Traitement d’Ebola (CTE) de Beni ce mercredi 12 décembre 2018″.

« Cette jeune miraculée, née le 31 octobre 2018, a été admise à l’âge de six jours au CTE après que sa mère, un cas confirmé d?Ebola, soit décédée lors de l?accouchement », précise le ministère de la Santé dans son bulletin.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte