Archives

A qui appartiennent Ceuta et Melilla ?

| Écrit par Farid Alilat

Question posée par Claude Nino, Viry-Châtillon, France

Ceuta et Melilla sont deux enclaves espagnoles situées sur la côte méditerranéenne du Maroc. Elles constituent les deux principales destinations pour les réfugiés de l’Afrique subsaharienne en quête d’un lieu de passage pour immigrer en Espagne et dans les pays de l’Union européenne.
Selon la légende, Ceuta, Sebkha en langue arabe, aurait été créée par Shem, le fils de Noé. Ancien port carthaginois, romain, byzantin, puis arabe, Ceuta a été conquise par les Portugais en 1415 avant de devenir espagnole en 1580, sous le règne de Philippe II, à la réunification des couronnes d’Espagne et du Portugal. Ville portuaire située sur un promontoire près du détroit de Gibraltar, Ceuta restera rattachée à la province de Cadix même après l’indépendance du Maroc en 1956. D’une superficie de 19,3 km, elle compte environ 74 000 habitants dont la grande majorité est de confession chrétienne. Néanmoins, Ceuta renferme une forte population musulmane ainsi qu’une minorité d’israélites et d’hindous.
Melilla est également un ancien comptoir sur la côte du Rif oriental, au nord de la ville de Nador. Conquise par les Espagnols en 1487, elle fut conservée, à l’instar de Ceuta, lorsque le royaume chérifien accède à l’indépendance. Administrativement rattachée à la province de Malaga, elle compte quelque 70 000 habitants.
Le Maroc continue de revendiquer la restitution de ces deux enclaves, considérées comme partie intégrante du territoire du royaume (tout comme l’Espagne revendique Gibraltar auprès de la Grande-Bretagne). L’Union africaine (UA) reconnaît que ces deux provinces sont occupées par une puissance étrangère.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer