Start-up

Burkina Faso : Lagazel inaugure une première station de recharge de ses lampes solaires

Les lampes Lagazel sont made in Burkina. © Lagazel (Facebook)

Lancée en 2016 pour produire et commercialiser des lampes solaires au Burkina Faso, Lagazel ouvrira sa première station de recharge collective le 14 décembre à Kombissiri, à 35 km au sud de la capitale burkinabè.

Deux ans après avoir démarré les activités de son usine de fabrication de lampes solaires à Dédougou, à 260 km à l’ouest de Ouagadougou, Lagazel inaugure sa première station de recharge collective de lampes solaires. Cette solution clé-en-main permet la recharge simultanée de 40 à 50 lampes, d’après ses concepteurs.

Avec un investissement de départ de l’ordre de 50 millions de F CFA (76 000 euros), le projet sera déployé au Bénin et au Sénégal. « Nous allons fabriquer d’autres stations pour diffuser ce produit dans la sous région. Nous sommes actuellement en négociation avec l’Agence nationale d’électrification du Sénégal pour l’installation de 30 stations similaires dans le pays », précise Arnaud Chabanne, cofondateur de l’entreprise avec son frère Maxence.


>>> À LIRE : Énergie : quand le solaire se lève sur le continent africain


Lagazel produit à l’échelle industrielle des lampes solaires, baptisées Kalo, ou « lumière » en dioula, qu’elle distribue au Burkina Faso et dans la sous-région. Ces dernières offrent une autonomie de 20 heures d’éclairage, et l’un des deux modèles existant permet en outre la recharge de téléphone portable.

Nécessité de doubler les ventes

Conçues essentiellement avec des composants (carte électronique, pièces métalliques, caoutchouc…) importés de France, ces lampes sont écoulées entre 13 000 et 22 000 francs CFA, selon le modèle. Lagazel indique n’avoir écoulé que 20 000 lampes, sur les 60 000 unités produites, ce qui ne lui a pas permis d’atteindre ses objectifs initiaux de 900 millions de F CFA de chiffre d’affaires dès le premier exercice .

« Le bilan est encourageant mais nous devons doubler nos ventes pour parvenir à l’équilibre financier », souligne Arnaud Chabanne. Lagazel qui a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires d’environ 150 millions de F CFA, estime à près de 500 millions de F CFA le total de ses investissements.

La jeune pousse, lancée par deux jeunes Français, est associée à leur entreprise familiale, spécialisée dans la transformation de métaux et basée à Saint-Galmier, près de Saint-Etienne, dans le centre de la France, qui lui fournit ses matières premières.

Les lampes solaires produites sont certifiées dans le cadre du programme « Lighting Africa » (Éclairer l’Afrique) de la Banque mondiale. Lagazel va installer plusieurs ateliers sur d’autres marchés. « Nous sommes en pourparlers avec des partenaires locaux sur le Congo et le Bénin pour co-créer des franchises de fabrication de nos lampes solaires », explique Arnaud Chabanne.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte