Politique

Yahya Jammeh persona non grata aux États-Unis : les raisons d’un bannissement

Yahya Jammeh, en novembre 2016. © Jerome Delay/AP/SIPA

L'interdiction de séjour aux États-Unis pour l’ancien président gambien Yahya Jammeh et sa famille subissent les conséquences logiques de conclusions établies depuis décembre 2017 par le Département du Trésor américain.

En prononçant lundi 10 décembre une interdiction de séjour sur le sol américain pour l’ancien président gambien en exil en Guinée équatoriale, son épouse Zineb ainsi que leurs enfants Mariam et Muhammad, le Département d’État américain a aussi rappelé que la mesure « s’applique à tous les représentants de gouvernements étrangers soupçonnés d’avoir commis de graves faits de corruption ou une violation flagrante des droits de l’homme. »

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte