Politique

Présidentielle au Sénégal : Khalifa Sall retournera au tribunal le 20 décembre

Khalifa Sall, en octobre 2014 à Dakar. © Sylvain Cherkaoui pour Jeune Afrique

L’ex-maire de Dakar sera jugé devant la Cour suprême le 20 décembre. Ses proches dénoncent une procédure précipitée visant à l’exclure de la présidentielle.

Plus de trois mois après la condamnation en appel de Khalifa Ababacar Sall, le 30 août, l’épilogue d’un des feuilletons judiciaires les plus médiatisés du Sénégal s’écrira le 20 décembre, date de la première audience de son procès en cassation.

L’ex-maire de Dakar, révoqué de ses fonctions en août dernier, avait été condamné à cinq ans de prison ferme, notamment pour « escroquerie aux deniers publics » et « faux et usage de faux dans des documents administratifs ».


>>> À LIRE – Sénégal : Khalifa Sall condamné en appel à cinq ans de prison ferme


Calendrier politique

Son entourage, averti le 11 décembre de la date d’audience, enrage mais n’est pas surpris. « À la veille de l’ouverture du dépôt des candidatures pour la présidentielle, avouez que c’est un drôle de hasard », ironise l’un de ses partisans. « La justice s’est mise au rythme du calendrier politique », s’insurge quant à lui Me Alain Jakubowicz, avocat de la défense.

L’instrumentalisation de la justice, c’est l’éternel argument brandi par la défense

« C’est un euphémisme de dire que c’est précipité. Rappelons qu’entre le moment où Khalifa Sall a été inculpé et celui où le juge a clôturé le dossier, il ne s’est écoulé qu’un mois. C’est une pantalonnade, il n’y a pas eu d’instruction ! »


>>> À LIRE – Condamnation de Khalifa Sall : « Nous ne sommes plus dans un État de droit », estiment ses avocats


Moussa Taye, conseiller politique de l’ex-édile, ajoute que « plus de 800 dossiers sont en attente de jugement à la Cour suprême, où les délais de traitement se situent généralement entre neuf et douze mois. Nul besoin d’être mathématicien pour comprendre qu’on a accéléré le traitement de celui de Khalifa Sall. Cela rompt l’égalité des citoyens devant la loi ! » Des accusations maintes fois réitérées depuis le placement en détention de Khalifa Sall, en mars 2017, mais dont se sont toujours défendus les avocats de l’État du Sénégal, qui s’est constitué partie civile.

« L’instrumentalisation de la justice, c’est l’éternel argument brandi par la défense. Même s’il y avait 10 000 dossiers en attente, si un dossier est en état la Cour suprême peut le programmer à tout moment. Or le dossier de Khalifa Sall est en état », proteste Baboucar Cissé, avocat de l’État.

On peut s’attendre à une condamnation définitive de Khalifa Sall avant la Saint-Sylvestre

Une condamnation avant la fin du mois ?

Les proches de Khalifa Sall s’attendent à une condamnation très rapide. « Devant la Cour suprême, il n’y a pas de jugement sur le fond du dossier mais uniquement sur la base des décisions déjà rendues. Cela peut prendre 24 ou 48 heures. On peut donc s’attendre à une condamnation définitive de Khalifa Sall avant la Saint-Sylvestre », déplore Moussa Taye. Car le procès du candidat déclaré à la présidentielle repose avant tout sur une bataille de calendrier.

D’un coté, l’État est accusé de vouloir accélérer les choses pour mettre hors jeu avant l’élection l’une des principales figures de l’opposition ; de l’autre, la défense a multiplié les demandes de report en première instance et en appel afin d’étirer la procédure judiciaire au moins jusqu’au mois de février, date du premier tour de la présidentielle. Babacar Thioye Ba, le directeur de cabinet de Khalifa Sall jusqu’à sa révocation, espère « des délais raisonnables en cassation, puisque la défense a formé près d’une quinzaine de pourvois concernant les décisions rendues en appel ».

Ultime recours

Même en cas de condamnation définitive devant la Cour suprême, Khalifa Sall aurait encore des recours selon ses lieutenants. « Quelle que soit la décision de la Cour suprême, la procédure ne prendra pas fin pour autant ! », affirme l’un d’entre eux.

Recours que la défense ne souhaite pas encore détailler, afin de préserver sa stratégie, mais qui pourraient prendre deux à trois mois et peut-être permettre à Khalifa Sall d’affronter Macky Sall dans les urnes le 24 février prochain.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte