Dossier

Cet article est issu du dossier «CAN 2019 : le grand cafouillage»

Voir tout le sommaire
Sport

CAN : le Cameroun « d’accord » pour organiser l’édition 2021

Des supporters de l'équipe de football du Cameroun pendant la CAN 2017, le 22 janvier 2017 à Libreville au Gabon. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Le Cameroun, qui s'est vu retirer fin novembre l'organisation de la CAN-2019, « est d'accord » pour devenir l'hôte de l'édition 2021, a assuré à l'Agence France Presse (AFP), Ahmad Ahmad, président de la Confédération africaine de football (CAF), lundi à Paris.

« J’ai la lettre, je communique avec la présidence de la République. On est d’accord pour 2021 », a annoncé le président de l’instance dans un entretien à l’AFP.

En 2014, la CAF alors présidée par le Camerounais Issa Hayatou avait attribué les trois prochaines CAN d’un coup: 2019 au Cameroun, 2021 à la Côte d’Ivoire et 2023 à la Guinée.

L’instance africaine a finalement retiré fin novembre l’organisation de l’édition 2019 au Cameroun, en raison de retards dans les travaux d’infrastructures et une situation fragile sur le plan sécuritaire.

Mais « pour arranger les choses de manière vraiment humaine », la CAF a décidé de confier l’organisation de l’édition 2021 au Cameroun et 2023 à la Côte d’Ivoire, avait annoncé Ahmad Ahmad lundi sur la chaîne de télévision Afrique Média TV.

Impasse

Interdit d’un point de vue réglementaire, ce décalage aurait pu pousser le Cameroun à porter plainte devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Mais « s’il attaque au TAS, le Cameroun perd 2021 et ce sont les sanctions qu’il va recevoir. Du point de vue du règlement (de la CAF), c’est ce qui est prévu : ils n’étaient pas prêts à temps, alors ils sortent (de 2021), ne participent pas aux deux prochaines éditions, (et écopent) de sanctions financières », menace le président de l’instance, tout en excluant un tel scénario.


>>> À LIRE – Cameroun : Yaoundé sous le choc après le retrait de la CAN 2019


Seulement, au regard des nombreuses visites d’inspection qui ont eu lieu dans le pays depuis plusieurs mois, la CAF aurait-elle pu prendre une décision plus tôt ?

« Pendant plusieurs mois le Cameroun s’est arrêté à cause de problèmes de paiements, des problèmes de pluies qui ont retardé les travaux… Mais nous ne pouvions pas aller au-delà de cette date », a confié Ahmad Ahmad. « Connaissant les réalités sur notre continent, nous étions sûrs qu’il y aurait toujours quelqu’un pour reprendre (l’organisation de la CAN-2019) ».

« Cela ne nous arrange pas (de l’avoir retirée au Cameroun), si vous voyez les investissements qui ont été faits. Le Cameroun est une grande nation du football, si la jeunesse bénéficie de ce genre d’installations (en 2021), le foot africain va être tiré vers le haut », a-t-il ajouté.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte