Banque de développement

G5 Sahel : 2,4 milliards d’euros pour les zones frontalières en difficulté

La conférence s'est tenue à Nouakchott, en Mauritanie. © DR / Présidence du Niger

Ce sont finalement 2,4 milliards d'euros qui ont été promis par les bailleurs de fonds aux pays du G5 Sahel. Un programme d'urgence de 260 millions d'euros sera destiné à l'hydraulique, à la gestion des conflits intercommunautaires et à la sécurité intérieure.

C’est à bon droit que le président nigérien Mahamadou Issoufou, aussi président en exercice du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad), s’est félicité que « la totalité des besoins que nous avions exprimés ont été couvert par nos partenaires », le 6 décembre à l’issue de la conférence avec leurs bailleurs de fonds, organisée à Nouakchott. Il était attendu 2 milliards d’euros de dons et de prêts pour 40 projets de développement dans les cinq pays ; il en a été promis 2,4 milliards de 2019 à 2021.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte