Société

Tunisie : « La justice transitionnelle n’a pas été pensée dans une logique de réconciliation »

Audience publique de l'Instance vérité et dignité à Tunis, le 14 janvier 2017. © Capture d'écran/Instance Vérité Dignité/YouTube

Au centre des tourments de la classe politique et des Tunisiens, l’instance de justice transitionnelle divise depuis sa création. La juriste spécialisée Céline Bardet analyse pour Jeune Afrique les raisons de ces divergences d'opinion.

L’instance vérité et dignité (IVD), établie par la loi tunisienne du 23 décembre 2013 et officiellement lancée le 9 juin 2014, a depuis été à l’origine de nombreuses polémiques dans le pays. C’est d’abord la personnalité de sa présidente, Sihem Bensedrine, qui a dérangé certains acteurs de la vie publique, car jugée trop proche des islamistes. La crise de légitimité de l’instance s’est ensuite envenimée lorsque le mandat de cette dernière a touché à sa fin en mai 2018. Son renouvellement n’a pas été validé par l’Assemblée, mais l’IVD continue tout de même à exercer.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte