Société

Patrimoine culturel de l’humanité : le reggae « pas un phénomène de mode », selon Alpha Blondy

FRANCE LIVE 8 © Ivory Coast singer Alpha Blondy performs on stage for the Live 8 concert in Versailles, 20 kms (12.5 mls) west of Paris, Saturday, July 2, 2005. From Johannesburg to Philadelphia, from Berlin to Tokyo, musicians and fans gathered for a global music marathon to raise awareness of African poverty and pressure the world's most powerful leaders to do something about it at the Group of Eight summit in Scotland next week. (AP Photo/Michel Euler)/FRANCE_LIVE_8__MEU105/0507021928

La star ivoirienne du reggae Alpha Blondy s'est réjoui de voir la musique jamaïcaine inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel mondial par l'Unesco, soulignant que ce style musical avec des paroles souvent engagées n'était pas un « phénomène de mode ».

« Nous sommes fiers et heureux. Les amoureux du reggae n’auront pas à raser les murs ! Les gens ont compris que le reggae n’est pas un phénomène de mode parce que l’injustice, la pauvreté ne sont pas des modes. Dieu n’est pas une mode, la misère, la guerre, l’espoir, la faim ne sont pas des modes. Voila pourquoi le reggae est encore là et sera toujours là », a affirmé Alpha Blondy, 65 ans, auteur notamment de « Brigadier Sabari », « Black Samurai » ou « Sweet Fanta Diallo ».

Les textes « autant à l’honneur que la musique »

« C’est une très grande fierté et en même temps une grande humilité de savoir que le travail que nous faisons, que les messages que nous envoyons ne sont pas tombés dans les oreilles de sourds », a poursuivi le chanteur, qui souligne que les textes sont autant à l’honneur que la musique.

L’inspiration du reggae, comme toutes les inspirations musicales, est divine

« Ça va ensemble. L’inspiration du reggae, comme toutes les inspirations musicales, est divine. Mais les reggaemen ont mis l’engagement en avant », a assuré Alpha Blondy, qui vient d’accomplir un pèlerinage à la Mecque et cite régulièrement Dieu. Il se félicite « qu’une structure comme l’Unesco déclare (patrimoine de l’humanité) cette musique des marginaux, des marginalisés, des proscrits, des laissés-pour-compte, des anti establishment ! »

Au delà de la Jamaïque

Le reggae a émergé en Jamaïque à la fin des années 1960. Style musical issu du ska et du rocksteady, il a aussi intégré des influences du jazz et du blues. Le reggae est indissociable du rastafarisme, mouvement spirituel qui sacralise l’empereur éthiopien Haïlé Sélassié et promeut l’usage de la ganja, ou marijuana.

Par ailleurs, la star ivoirienne souligne l’apport de tous les artistes non jamaïcains, refusant de tirer la couverture à lui : « Tiken Jah Fakoly, Ismael Isaac, Fadal Dey (chanteurs ivoiriens), UB40 et même Serge Gainsbourg. Tous sont des bâtisseurs de la chose reggae… Les couronnes, on n’en veut pas ! », s’exclame Alpha Blondy, dont le dernier album « Human race » comprend notamment une reprise de « Je suis venu te dire que je m’en vais », une chanson de Gainsbourg.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte