Justice

Cameroun : Achille Zogo Andela condamné à 35 ans de prison par le Tribunal criminel spécial

Le centre-ville de Yaoundé, au Cameroun, devant la Primature (photo d'illustration). © Vincent Fournier/Jeune Afrique

Le procès d’Achille Zogo Andela s’est achevé à Yaoundé le 28 novembre. L’ancien PDG de la Société camerounaise de leasing maritime (SCLM), accusé de détournement de biens publics et emprisonné depuis 2011, a été condamné à 35 ans de réclusion criminelle et 58 milliards de francs CFA d’amende.

C’est un verdict sans surprise qui a été prononcé le 28 novembre à l’encontre d’Achille Zogo Andela. En l’absence de l’accusé – hospitalisé en urgence à la suite de la brutale détérioration de son état de santé – et de ses avocats, le Tribunal criminel spécial l’a condamné à 35 ans de réclusion criminelle et à 58 milliards de francs CFA d’amende. Achille Zogo Andela, détenu depuis 2011, était accusé de détournement de deniers publics.

L’État camerounais lui reprochait d’avoir exploité illégalement une flotte de bateaux de pêche dont la gestion revenait, pour le compte de l’État, à la SCLM. Le gouvernement avait ainsi mis à la disposition de la société des crevettiers, construits par des chantiers navals espagnols et que l’État avait acquis suite à un crédit de 40 millions de dollars accordé par l’Instituto Commercial Official (ICO) du Royaume d’Espagne.

Le ministre camerounais délégué aux finances et la société SCLM avaient ainsi signé, en 1996, un accord de rétrocession mettant à la disposition de la SCLM les bateaux crevettiers contre le paiement d’un loyer devant correspondre aux échéances de la dette vis-à vis de l’ICO.

 

DR

DR

DR

 

Une « exploitation des bateaux perturbée », selon l’accusé

Selon Achille Zogo Andela, qui expliquait son cas devant les instances onusiennes en 2016, « l’exploitation des bateaux fut perturbée par des interférences de l’administration camerounaise [voir documents ci-dessous, ndlr], notamment de multiples arraisonnements sans fondement légal, refus de licences de pêche et d’autorisations de navigabilité, ce qui a nui à la gestion efficace de la SCLM, et l’a empêchée d’honorer les trois premières échéances de loyer échues ».

Alors que le contrat de leasing a finalement été résilié par l’État du Cameroun en 2002 – pour défaut de remboursement du prêt initial [voir document ci-dessus] -, les crevettiers ont alors été arraisonnés mais auraient, selon la défense de Zogo Andela, été exploités par la suite par des officiels camerounais. Dans cette affaire, « la lutte contre la corruption est dévoyée à l’avantage de l’impunité des puissants et des corrupteurs », ont notamment réagi les avocats d’Achille Zogo Andela.

DR

DR

« Lynchage judiciaire »

La protestation de l’innocence de l’ancien PDG de la SCLM et la reconnaissance par l’ONU, en 2016, du caractère arbitraire de sa détention n’auront toutefois pas suffi à le faire libérer. Ses défenseurs, Mes Laurence Greig, Calvin Job, Hakim Chergui et Joseph Breham, dénoncent aujourd’hui un « lynchage judiciaire prémédité » et des « violations caractérisées de tous les droits fondamentaux ».

« Il a été condamné sans avoir eu la possibilité de faire citer et entendre le moindre témoin et ; à aucun moment, durant huit ans, il ne sera confronté à un seul de ses contradicteurs », expliquent-ils. Et de conclure : « Cette condamnation, acquise au prix de toutes les contorsions et de toutes les malices, sera évidemment contestée, par toutes les voies de droit. »

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte