Sécurité

Côte d’Ivoire : des étudiants blessés par balles dans des affrontements avec les forces de l’ordre à Bouaké

Dans les rues de Bouaké, la deuxième ville la plus peuplée de Côte d'Ivoire après Abidjan (illustration). © Sylvain Cherkaoui pour J.A.

Au moins cinq étudiants ont été blessés par balles dans des affrontements avec des gardes pénitentiaires à Bouaké, mercredi 28 dans la soirée. Le Parquet a annoncé l’ouverture d’une enquête que le gouvernement assure suivre de près.

Braman Koné, procureur de la République du tribunal de première instance de Bouaké, a annoncé l’ouverture d’une enquête pour « situer les responsabilités » et « déclencher des poursuites judiciaires contre toutes les personnes impliquées » dans les violences qui ont fait au moins dix blessés, dont cinq par balles dans la nuit du 28 novembre.

Selon plusieurs sources contactées à Bouaké, les événements ont été déclenchés à la suite d’une altercation entre un étudiant et deux agents des forces de l’ordre – un gendarme et un garde pénitentiaire – qui a éclaté en début de soirée. la bagarre, qui a démarré dans un maquis situé « en face du campus II de l’université de Bouaké », selon un communiqué signé du procureur de la République Braman Koné, a dégénéré.

Les étudiants, mis en difficulté, ont battu le rappel des troupes dans leurs résidences universitaires, avant de converger en nombre vers la prison civile de Bouaké, avec la volonté d’en découdre avec les gardes pénitentiaires.

Des armes à feu face aux étudiants

En face, ces derniers « ont fait usage de leurs armes à feu », a confié à Jeune Afrique un ministre du gouvernement. « Nous ne déplorons pas de morts. Il y a eu des blessés par balles, touchés aux membres inférieurs. Ce qui s’est passé est regrettable », a-t-il précisé, sous couvert d’anonymat.

Le bilan officiel fait état de « huit blessés dans les rangs des étudiants, dont cinq par balles, et de deux blessés du côté des gardes pénitentiaires ».

Le lendemain, en guise de représailles, des étudiants ont investi plusieurs établissements scolaires de la ville pour perturber les cours. Les forces de sécurité ont été déployées en nombre pour contenir tout débordement.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : Bouaké la rebelle


Si le calme est revenu à Bouaké, « le chef de l’État n’est pas content », glisse à Jeune Afrique un autre membre du gouvernement ivoirien, toujours sous couvert d’anonymat. Alassane Ouattara « estime que, quelles que soient les circonstances, les forces de l’ordre ne doivent pas faire usage de leurs armes face à des civils. Mais, il ne dédouane pas pour autant les étudiants », continue notre source.

Le président ivoirien, qui s’est rendu à Dakar dans l’après-midi du 29 novembre pour le 62ème congrès de l’Internationale libérale, a donné des instructions pour que ce dossier soit géré avec célérité. Depuis quelques semaines, des éruptions de violences ont éclaté dans plusieurs régions du pays, notamment à Zouan Hounien, dans l’Ouest, ainsi que dans les régions du Tonkpi et à Duékoué, dans le Guemon.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte