Politique

Togo : la principale coalition de l’opposition boycotte les législatives

Lors d'une manifestation à Lomé, en 2017. © DR / Togo debout

La coalition exige notamment la recomposition du bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), ainsi que la reprise de toutes les activités préparatoires aux élections.

La principale coalition de l’opposition togolaise a annoncé qu’elle ne présentera pas de candidats aux élections législatives du 20 décembre. Elle appelle à de nouvelles manifestations pour dénoncer des irrégularités dans le processus électoral.

La Cour constitutionnelle a validé les listes de 12 partis et 17 autres listes provenant des candidats indépendants. La campagne électorale doit démarrer le 4 décembre.

Les 14 partis membres de la coalition à l’origine des manifestations secouant le pays depuis plus d’un an campent sur leurs positions. « Par tous moyens, nous ferons en sorte que ces législatives n’aient pas lieu. Nous ne voulons plus jamais d’élections frauduleuses au Togo », a déclaré lundi sur une radio locale Brigitte Adjamagbo-Johnson, coordinatrice de la coalition.

Nouvelles manifestations en perspective

« Nous n’allons pas donner notre bénédiction à la mascarade qui se prépare. Nous avons déjà saisi la Commission de la Commission économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao)« , instance régionale qui suit de près la crise politique togolaise, a-t-elle ajouté.

La principale coalition de l’opposition a appelé à deux nouvelles journées de manifestations, les 29 novembre et 1er décembre.

« Nous voulons simplement exercer notre droit constitutionnel, pour montrer que nous ne sommes pas d’accord », a précisé Brigitte Adjamagbo-Johnson.

L’opposition exige notamment la recomposition du bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), ainsi que la reprise de toutes les activités préparatoires aux élections.

Mise en garde

La semaine dernière, le ministre de la Sécurité, le général Yark Damehame, avait mis en garde contre d’éventuelles violences visant à perturber le processus électoral.

« Le boycott est un choix démocratique. On ne cherche pas à casser l’isoloir ou l’urne », a averti le général sur une radio locale.

En septembre 2017, une marée humaine s’était emparée des rues de Lomé et de plusieurs grandes villes du nord à l’appel de la coalition pour demander la démission du président Faure Gnassingbé.

Ce dernier est au pouvoir depuis 2005, après la mort de son père, qui avait dirigé le pays pendant 38 ans.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte