Politique

Gabon : le parti d’opposition Union nationale interdit de médias publics pour trois mois

| Par Jeune Afrique avec AFP
Zacharie Myboto, le patron de l’Union nationale (UN), et le candidat Jean Ping lors du meeting de clôture de sa campagne à Libreville, lors de la présidentielle de 2016.

Zacharie Myboto, le patron de l'Union nationale (UN), et le candidat Jean Ping lors du meeting de clôture de sa campagne à Libreville, lors de la présidentielle de 2016. © Baudouin Mouanda pour JA

L’Union nationale (UN), l’un des principaux partis d’opposition du Gabon, a été interdit de médias publics pour trois mois, a annoncé la Haute autorité de la communication.

L’Union nationale (UN), l’un des principaux partis d’opposition du Gabon, a été interdit de médias publics pour trois mois, a annoncé la Haute autorité de la communication (HAC) dans un communiqué transmis le 24 novembre à l’Agence France-Presse (AFP).


>>> À LIRE – Gabon : Myboto-Bongo, ennemis intimes


La Haute autorité reproche au parti dirigé par Zacharie Myboto de ne pas avoir répondu à deux de ses convocations. Ces dernières visaient à obtenir des explications concernant un communiqué dans lequel l’UN évoquait un « mensonge d’État », au sujet de la communication officielle sur la santé du président Ali Bongo Ondimba, hospitalisé depuis le 24 octobre dernier à Riyad, à la suite d’un accident vasculaire cérébral.


>>> À LIRE – Gabon : enquête sur le fonctionnement de l’État en l’absence d’Ali Bongo


« Un abus à la liberté d’expression », selon la HAC

La HAC considère que la diffusion « sans retenue » de ce communiqué « est un abus à la liberté d’expression ». Elle s’offusque également que l’UN n’ait pas donné suite à ses deux convocations, au motif, selon le parti, qu’il n’a pas de compte à rendre à la HAC, ce que cette dernière réfute.

« L’Union nationale est interdit des médias publics durant trois mois », a ainsi décidé la Haute autorité, présidée par Raphaël Ntoutoume Nkoghe, un ancien directeur de la communication d’Ali Bongo Ondimba.

La HAC a ces derniers mois suspendu la publication de journaux gabonais et a interdit temporairement d’exercice des journalistes ne cachant pas leur opposition au pouvoir.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer