Mode

Fima 2018 : jeunes créateurs et mannequins couronnés

| Par - envoyée spéciale à Dakhla
Mis à jour le 12 novembre 2019 à 17h25
Le Festival international de la mode en Afrique (Fima) a remis le 22 novembre ses trophées aux stylistes en herbe, mannequins débutants mais aussi artisans bijoutiers et maroquiniers à l'issue d'une superbe soirée de défilés.

Le Festival international de la mode en Afrique (Fima) a remis le 22 novembre ses trophées aux stylistes en herbe, mannequins débutants mais aussi artisans bijoutiers et maroquiniers à l'issue d'une superbe soirée de défilés. © FIMA2018

Le Festival international de la mode en Afrique (Fima) a remis le 22 novembre ses trophées aux stylistes en herbe, mannequins débutants mais aussi artisans bijoutiers et maroquiniers à l’issue d’une superbe soirée de défilés.

Au départ, ils étaient treize stylistes en lice au Festival international de la mode en Afrique (Fima), le 22 novembre, à Dakhla. Et pour le premier prix du jeune créateur, on avait parié sur Black (Ben Isac), originaire du Burkina Faso. Ses pièces en cuir et tissu bogolan donnaient un aperçu de ce que peut être le prêt-à-porter « africain » pensé pour habiller n’importe qui, n’importe où. Sa collection, audacieuse sans être exubérante, débordait d’énergie.

FIMA 2018 - DIFILI 1 (14)

Mais c’est l’inventivité du jeune Marocain Youssef Drissi, déjà lauréat de l’école de mode Casa Moda Academy de Casablanca, qui, avec sa ligne anticonformiste intitulée « Late For Work », où costumes et tailleurs sont complètement déstructurés (des vestes sur lesquelles sont cousues des cravates, des pantalons à pinces aux poches qui s’envolent, des chemises aux manches toutes aussi aériennes, etc.), a conquis le jury. Un jury composé, entre autres, du styliste Pathé’O, du mannequin Noémie Lenoir ou du créateur marocain Hisham Oumlil.

FIMA2018

© FIMA2018

FIMA2018

© FIMA2018

Récompenses

Youssef Drissi a ainsi reçu la somme de 35 000 dirhams alloués par le Fima et l’OCP. Sans compter une bourse d’une valeur de 500 euros en guise d’aide à la création, et d’une résidence d’artistes de quatre mois à l’Université internationale de Rabat. Ceci offert, par l’agence marocaine de coopération internationale. Le deuxième prix a été décroché par l’Ivoirien Kévin Santony (25 000 dirhams) et notre favori, Black, est reparti avec le troisième prix (15 000 dirhams).

Du côté des 26 jeunes mannequins, les prix du concours Top Model Fima 2018, d’une valeur de 20 000 dirhams, sont revenus au Béninois Akrame Adechokan dans la catégorie « homme » et à la Guinéenne Fatoumata Conté. Ils seront, de plus, pris en charge par l’agence Diamantine pour une formation de plusieurs mois.

Enfin, en matière d’accessoires, la Nigérienne Mariama Illiassou Daouda, à la tête de la marque de maroquinerie et bijouterie Zamany a décroché le Graal de 20 000 dirhams aux cotés d’un bijoutier nigérien du nom de Zakaria Lango.

FIMA2018

© FIMA2018

Nadeen Mateky a présenté sa collection « Racine »

Clou de cette soirée, la présentation de la collection « Racine » de Nadeen Mateky, véritable sculptrice du cheveu.  Quelques prestations musicales ont également été réalisées, comme celle du chanteur malien M’Bouillé Koité qui a bercé le public avec son « zouk love mandingue ».

Dans la soirée du 23 novembre, place au « Défilé panafricain » avec 22 créateurs parmi lesquels Bull Doff, Alia Baré, Kiko Romeo, Pelebe et Zaineb El Kadiri. Et il se murmure sous les tentes installées autour du palais des congrès de Dakhla que la soirée de clôture nous réserve une surprise de taille…

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte