Sécurité

Niger : huit morts dans une attaque de Boko Haram contre une société de forage

Capture d'écran d'une vidéo de Boko Haram, rendue publique en octobre 2014. © AP/SIPA

Huit civils ont été tués dans la nuit du 21 au 22 novembre au cours d'une attaque attribuée au groupe islamiste Boko Haram contre le camp de Foraco, société française de forage, dans le sud-est du Niger, près de la frontière avec le Nigeria.

L’attaque est survenue dans la nuit du 21 au 22 novembre. « À 2 heures du matin, un groupe de terroristes a attaqué le bâtiment où se reposait une équipe de foreurs et techniciens de Foraco dans le village de Toumour, situé dans la région de Diffa », a indiqué la société française dans un communiqué. « Les assaillants ont ouvert le feu sur le personnel qui dormait ».

Sept des victimes tuées dans leur sommeil étaient des employés nigériens de la société française Foraco, qui effectue sur place des forages pour alimenter en eau un camp de réfugiés. La huitième était un fonctionnaire du ministère nigérien de l’Hydraulique.

Cinq autres personnes ont été blessées dont deux grièvement dans l’attaque de ce bâtiment, choisi selon Foraco en accord avec les Forces armées nigériennes chargées de la protection du personnel. La région de Diffa a été les années passées la cible d’attaques du groupe jihadiste Boko Haram, né au Nigeria avant de se développer dans la région.

Les obsèques de sept des victimes ont eu lieu jeudi, en présence notamment du gouverneur de Diffa, Mahamadou Bakabé.

Militaires en ronde

« Un des éléments de Boko Haram est également décédé », a déclaré le gouverneur, ajoutant que les « assaillants ont emporté deux véhicules de la Foraco, dont un a été retrouvé calciné par ces sauvages en cours de route ».

« Nous sommes ici au nom du président Mahamadou Issoufou pour nous incliner devant les dépouilles de ces braves et valeureux nigériens qui ont donné leur vie pour la commune de Toumour », a assuré le gouverneur, faisant état de sept blessés.

À Paris, le Quai d’Orsay a fermement condamné cette attaque, déclarant qu’il « n’y a pas de Français parmi les victimes selon les informations dont nous disposons à ce stade ».

« Une quinzaine d’employés étaient présents sur place, protégés par une quinzaine de militaires partis faire une ronde aux alentours au moment de l’attaque », a expliqué Thierry Merle, le directeur Europe/Moyen-Orient de Foraco.

« Nous n’avions jamais rencontré jusque-là de problème similaire. On sait bien que Boko Haram est présent dans la région mais à ce jour nous n’avons eu aucune revendication. Nous n’avions pas reçu de menace particulière ».

Les assaillants ont également « pillé plusieurs boutiques » et « emporté des vivres », a précisé à l’AFP un résident de Diffa.

Attaque à cheval

La radio locale Saraounia FM a indiqué que « les assaillants étaient venus à cheval » avant de s’enfuir « en direction du Nigeria » tout proche.

Cette attaque intervient après plusieurs mois d’accalmie dans la région de Diffa, théâtre de nombreuses attaques de Boko Haram entre février 2015 et le début de l’année. Mi-janvier, au moins cinq soldats nigériens avaient été tués près de cette même commune de Toumour.

Fin avril, Niamey avait annoncé une opération militaire régionale d’envergure dans le bassin du lac Tchad (commun au Niger, au Tchad, au Nigeria et au Cameroun) pour débarrasser la zone des « résidus » de Boko Haram. Le ministre nigérien de la Défense, Kalla Moutari, jugeait toutefois que, même « totalement affaibli », Boko Haram continuait de représenter « une menace réelle ».

Les autorités ont reconduit l’État d’urgence imposé dans la région de 2016 en raison de la persistance de « l’insécurité ».

La région nigérienne de Diffa abrite quelque 300 000 réfugiés et déplacés en raison des attaques de Boko Haram, selon des ONG.

D’après des sources sécuritaires, des membres ou des sympathisants de Boko Haram vivent dans les camps, leur permettant de renseigner le groupe sur la présence des forces de sécurité.

Coté à la bourse de Toronto et présent dans 22 pays, Foraco, qui se présente comme le troisième foreur minier au monde, travaillait dans ce contexte pour réaliser « deux forages d’eau profonds aux alentours du camp de réfugiés de Toumour afin de rendre les conditions de vie meilleures pour les personnes déplacées, dans cette zone semi-désertique et aride ».

Samedi dernier, le gouvernement avait regretté devant le Parlement la suspension « en raison de l’insécurité » des travaux de construction d’une route devant relier le Niger au Tchad.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte