Diplomatie

RDC – Émirats arabes unis : vers une exemption totale de visas d’entrée ?

Léonard She Okitundu (à g.) et Check Abdallah Ben Zayed Al Nahyane, chefs des diplomaties congolaise et émiratie, à Abou Dhabi, le 19 novembre 2018. © DR

Les chefs des diplomaties congolaise et émiratie ont signé, en début de semaine à Abou Dhabi, un accord d’exemption réciproque de visas pour les détenteurs de passeports diplomatiques. Une étape de plus dans le rapprochement entre les deux pays.

Pour l’instant, seuls les Émiratis et les Congolais détenteurs de passeports diplomatiques sont concernés. Ils pourront se rendre désormais sans visa, respectivement en RDC et aux Émirats arabes unis. C’est ce qui ressort d’un accord conclu le 19 novembre à Abou Dhabi entre les ministres des Affaires étrangères de ces deux États, le Congolais Léonard She Okitundu et l’Émirati Check Abdallah Ben Zayed Al Nahyane.

Une étape supplémentaire dans le récent rapprochement entre les deux pays. C’est seulement depuis novembre 2017 en effet que la RDC et les Émirats arabes unis ont convenu d’établir des relations diplomatiques. « Des facilités, notamment de l’espace pour nos bureaux, nous ont été accordées pour ouvrir notre ambassade à Abou Dhabi », confie à Jeune Afrique Léonard She Okitundu. Il en sera de même pour la représentation diplomatique émiratie à Kinshasa, selon le chef de la diplomatie congolaise.

Ce que voulait (vraiment) Abou Dhabi

En attendant, les deux États font sauter le verrou des visas. « Les Émirats arabes unis avaient même souhaité que la RDC autorise l’entrée sans visa sur son territoire de tous les ressortissants émiratis détenteurs de passeports ordinaires, diplomatiques ou de service, révèle She Okutindu. Mais comme cela n’a pas été accepté pour les Congolais qui voudraient se rendre aux Émirats arabes unis, et pour ne pas consacrer l’inégalité de traitement, nous avons refusé la proposition d’Abou Dhabi. »

L’accord signé s’étend sur « cinq ans renouvelable tacitement ». Concrètement, les détenteurs de passeports diplomatiques sont ainsi exonérés de visa d’entrée pour des séjours de 30 jours au maximum dans l’un ou l’autre État.

Cela participe à notre démarche consistant à réorienter notre diplomatie vers des pays respectueux de notre souveraineté

« C’est une première étape vers une exemption réciproque de visas pour les ressortissants congolais et émiratis », soutient Michael Sakombi, conseiller du chef de la diplomatie congolaise, qui a participé aux négociations. En attendant, « pour les détenteurs de passeports ordinaires et de service, l’accord signé prévoit des facilitations dans le traitement des dossiers aux services d’immigration, notamment par le biais des ambassades des Émirats », ajoute-t-il.

Kinshasa se réjouit déjà de ce renforcement de la coopération avec cette puissance économique du Golf persique. « Cela participe à notre démarche consistant à réorienter notre diplomatie vers des pays respectueux de notre souveraineté », commente Michael Sakombi. En avril, à la demande des autorités congolaises, les Émirats arabes unis s’étaient retirés de l’organisation de la première conférence internationale des donateurs sur la RDC, à Genève. Une réunion boycottée par Kinshasa, qui se plaignait de n’avoir pas été consulté en amont. « Les Émirats arabes unis avaient fait preuve de solidarité », se souvient She Okitundu.

Vols « imminents » d’Emirates pour Kinshasa

Selon le ministre des Affaires étrangères congolais, ce rapprochement Kinshasa – Abou Dhabi est « sans exclusive » : « Il s’agit au contraire d’une volonté de diversifier nos partenaires ». Toutefois, ces derniers mois, des rapports sont plutôt tendus entre la RDC et ses partenaires traditionnels, notamment et surtout avec la Belgique. Alors qu’avec les Émirats arabes unis, des discussions se poursuivent autour de deux nouveaux accords qui seraient « en gestation » : celui relatif « à la promotion et à la protection des investissements » et celui liée à « la prévention de la double imposition ».


>>> À LIRE – Aérien : Emirates veut poursuivre son envol


Dans le secteur aérien, un accord a déjà été conclu entre les deux pays et les vols d’Emirates à destination de Kinshasa seraient « imminents », selon les autorités congolaises. Des « derniers réglages » seraient également en cours en ce qui concerne le partenariat entre le gouvernement congolais et l’émirati DP Word pour la construction du port en eaux profondes de Banana, dans l’ouest de la RDC.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte