Archives

Fini la charia au lycée

La riposte était inévitable. Courant mai, le ministère algérien de l’Éducation annonçait la suppression de l’enseignement de la charia (la loi coranique) dans les lycées, à partir de la rentrée 2005-2006. Prise en application des recommandations de la « commission de la réforme de l’école », cette décision a vite fait de réveiller l’agitation islamiste dans les campus, sur les bancs de l’Assemblée nationale et dans les colonnes de certaines publications arabophones. Les étudiants des cinq facultés des sciences islamiques ont déclenché un mouvement de grève, qualifiant la décision gouvernementale de « provocation laïque ».
Mis dans l’embarras, le ministère tente de calmer les esprits : il ne s’agit pas d’une suppression, mais juste d’un report, indique un haut cadre de ce département. Peine perdue. La polémique enfle encore lorsque les députés islamistes du MSP (Mouvement de la société pour la paix, ex-Hamas) et du MRN (Mouvement pour la réforme nationale) interpellent le chef du gouvernement pour exiger le rétablissement de la filière dans l’enseignement. Dans un communiqué particulièrement virulent, le MSP, pourtant membre de la coalition présidentielle, considère que cette suppression « est en contradiction flagrante avec la démarche du gouvernement de faire comprendre le bon islam ».
Mais le Premier ministre Ahmed Ouyahia ne se laisse pas démonter. Le 26 mai, devant les membres de l’Assemblée nationale, il réplique sèchement à ses détracteurs : « Cette décision est irrévocable et nous ne comptons pas faire machine arrière. » Un brin menaçant, il lance même un avertissement à peine voilé à l’adresse de ses alliés du MSP : si des doutes persistent autour de cette démarche, dit-il, la question sera débattue en Conseil des ministres. Une manière de dire : que celui qui veut protester s’adresse directement au président.
Alors, fin de la polémique ? Certes non. Les islamistes promettent de maintenir la pression.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte