Entreprises & marchés

Éthiopie : 30 millions d’euros pour les entrepreneures

Le Belge Werner Hoyer, président de la Banque européenne d’investissement. © Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

En marge de l'Africa Day organisé à Addis Abeba, un prêt de trente millions d'euros a été accordé à l'Ethiopia Women Entrepreneurship Developement Projet, pour appuyer les entreprises détenues partiellement ou complètement par des femmes en Éthiopie.

« L’appui aux femmes n’est pas seulement la bonne chose à faire’, mais c’est aussi un investissement malin ! » Tel est le message délivré par Werner Hoyer, le président de la Banque européenne d’investissement (BEI), ce jeudi 22 novembre, à Addis Abeba, lors de la signature d’un prêt de 30 millions d’euros en faveur du Ethiopia Women Entrepreneurship Development Project. Selon le dirigeant européen, l’appui à l’entrepreneuriat féminin contribue non seulement à renforcer l’inclusion économique des femmes, mais aussi à créer de l’emploi et à permettre une croissance durable.

Ce volet éthiopien du Women Entrepreneurship Development Project, lancé en 2012 par la Banque mondiale, vise à financer, former et accompagner (appui technique) les entrepreneuses. Le prêt de la BEI vient appuyer des financements antérieurs apportés par la Banque mondiale (50 millions de dollars) mais également par les coopérations japonaises et italiennes. Le programme est coordonné par Development Bank of Ethiopia, en partenariat avec les entreprises du secteur financier éthiopien.

Combler un vide entre microfinance et offres des banques commerciales

Pour Richard Spencer, directeur du programme de la Banque mondiale en Éthiopie, les montants moyens décaissés de 50 000 à 1 million de birrs (1 500 à 31 000 euros), trop élevés pour les institutions de microfinance mais trop bas pour les banques commerciales, viennent combler un vide dans le financement des projets. Selon une évaluation conduite par la Banque mondiale, « au 31 mars 2018, 8 536 prêts individuels  d’une valeur de 2,13 milliards de birrs éthiopiens avaient été décaissés, pour un montant moyen de 249 562 birrs (environ 9 243 dollars) » – un montant moyen huit fois supérieur à celui des prêts accordés avant le lancement de ce programme..

Selon les estimations de la Banque mondiale, dans les pays en développement, les femmes entrepreneures sont particulièrement « susceptibles d’être exclues en raison de droits de propriété inégaux ou de réglementations, lois et coutumes discriminatoires ». L’institution multilatérale estime que le déficit de financement en faveur des entreprises détenues par des femmes dans les pays en développement atteint 285 milliards de dollars.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte