Banque

Finance : Cofina confirme son expansion en Afrique

La Compagnie financière africaine (Cofina) a été fondée par l’Ivoirien Jean-Luc Konan. ©

Fondée en 2012 à Dakar, la Compagnie financière africaine (Cofina) touche désormais six pays du continent. Spécialisée dans la microfinance, elle permet à ses 300 000 clients, commerçants informels et petites entreprises, habituellement exclus du système bancaire classique, de bénéficier de prêts pour développer leur activité.

Cofina, c’est l’histoire d’une société de microfinance qui prend le contre-pied des banques classiques et mise sur l’informel. Un marché gigantesque en Afrique, car sur le continent, 80% de la population active travaille dans le secteur informel.

Après son lancement au Sénégal en 2012, le groupe Cofina est aujourd’hui présent dans six pays d’Afrique, souvent sous différents noms. Les autres pays sont la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Congo et le Gabon.

La recette pour se développer est de s’adapter aux réalités de chaque pays, voire chaque ville.

« Dans le nord de la Côte d’Ivoire ou du Sénégal par exemple, on n’a pas les mêmes contraintes économiques que dans le sud, détaille Jean-Luc Konan, PDG de Cofina. Notre modèle est basé sur une approche client qui est spécifique à chaque environnement. Cela permet d’anticiper d’éventuels problèmes et d’accompagner le client dans son activité. »

Pour lui, s’installer dans plusieurs pays est aussi une façon de mutualiser les risques dans un continent où les troubles politiques sont présents.

« On a pensé que pour avoir une activité viable, il fallait qu’elle soit répartie sur plusieurs pays. Cela permet d’amortir éventuellement les chocs sociaux, politiques, qui peuvent arriver dans un pays ou l’autre. »

Forte croissance

La société de microfinance est en forte ascension dans la capitale économique ivoirienne. Parmi ses 32 000 clients, ce sont principalement des commerçants informels et des petites entreprises.

Pour ces dernières, elle ne le fait pas sans vérifications. Joëlle N’Guessan, chef d’agence, explique : « Il y a des visites qui se font avant le crédit, des visites d’évaluation de l’activité du client dans un premier temps. Puis, nous avons des visites pendant la vie du crédit, une fois que les fonds ont été décaissés. Nous allons nous assurer que le client les a effectivement utilisés à bon escient. Et enfin, après le crédit, nous allons voir ce que notre crédit a réellement apporté au client. »

C’est cette procédure qui permet à Cofina de s’assurer de la solvabilité de ses clients tout en restant flexible.

Pour limiter les risques de non remboursement, la société a également mis en place une autre procédure : la validation de tous les dossiers de prêts par le comité de crédit.

À Abidjan, le comité de crédit accorde chaque année 50 milliards de francs CFA de prêts. Une aubaine pour des centaines de commerçants et de PME qui n’auraient jamais pu avoir un crédit dans une institution bancaire. Six ans après son lancement, Cofina compte aujourd’hui 300 000 clients. Elle réalise un chiffre d’affaires de 200 milliards de francs CFA par an et compte poursuivre son expansion sur le continent.

Un reportage de Réussite, une émission coproduite par Canal+ et Galaxie Africa (groupe Jeune Afrique), diffusée tous les premiers samedi du mois sur Canal+ en Afrique et A+ en France.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte