Diplomatie

Au Maroc, Pedro Sanchez a parlé immigration et sécurité, forum économique et Mondial 2030

Le chef du gouvernement espagnol a rencontré le roi Mohammed VI au palais royal de Rabat, lundi 19 novembre 2018. © AP/SIPA

Le Maroc et l'Espagne se sont prononcés lundi pour le renforcement de la coopération entre les deux pays, notamment sur la question migratoire, à l'occasion de la première visite officielle à Rabat du chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez.

« La migration est une responsabilité commune et nous devons renforcer notre coopération sur cette question », a déclaré Pedro Sanchez, à l’issue d’entretiens avec son homologue marocain Saadeddine El Othmani.

Le Maroc, a déclaré Saadeddine El Othmani, « fait tout ce qui est en son pouvoir en matière de lutte contre l’immigration clandestine ». « La question migratoire est complexe et ne peut être réglée uniquement par une approche sécuritaire », a-t-il ajouté, soulignant qu’il fallait « privilégier le développement des pays de départ en Afrique ».


>>> À LIRE – Migrants : le bras de fer Maroc-Espagne


Le socialiste Pedro Sanchez s’est ensuite entretenu avec le roi du Maroc Mohammed VI. Tous deux se sont « félicités du niveau de la coopération » bilatérale et se sont « accordés sur la nécessité » de la développer, selon un communiqué du cabinet royal.

Maroc-Espagne-Portugal pour le Mondial 2030 ?

« Le partenariat économique est également important. C’est pourquoi nous avons convenu de l’organisation l’an prochain d’un forum économique Maroc-Espagne », a-t-il dit lors de sa visite d’une journée. Le chef du gouvernement espagnol a également proposé à son homologue marocain et au roi Mohammed VI une candidature commune Maroc-Espagne-Portugal pour organiser le Mondial 2030 de football.

Tout au long de l’année, plusieurs ministres et responsables espagnols se sont rendus à Rabat pour parler lutte antiterroriste et surtout migrations, louant « l’excellence » des relations entre les deux voisins.

Plus de 50 000 migrants sont arrivés en Espagne par voie maritime depuis le début de l’année, selon l’OIM

Devenue cette année la première porte d’entrée des migrants en Europe, l’Espagne plaide depuis des mois pour que l’Union européenne débloque des aides à destination du Maroc, afin de mieux gérer les flux clandestins sur la route occidentale de la Méditerranée. En effet, plus de 50 000 migrants sont arrivés en Espagne par voie maritime depuis le début de l’année, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), et 566 sont morts ou portés disparus.

Si certains tentent la traversée à bord de bateaux pneumatiques au départ des côtes marocaines, d’autres escaladent les barrières hérissées de barbelés des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, seules frontières terrestres entre l’Afrique et l’Europe. Outre les migrants subsahariens, ces derniers mois ont vu se multiplier les tentatives de départ de migrants marocains, prêts à tout pour gagner le continent européen.

Entre janvier et fin septembre, le Maroc a stoppé 68 000 tentatives d’immigration clandestine et démantelé 122 « réseaux criminels actifs », selon un bilan officiel.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte