Conseil

Stratégie d’entreprise : la méthode McKinsey pour l’Afrique

Acha Leke, DG Afrique de McKinsey. © Jacques Torregano/CEO FORUM/J.A.

Comment réussir en affaires sur le continent africain ? C’est à cette question que s’attache à répondre le livre des dirigeants de McKinsey en Afrique Acha Leke, Mutsa Chironga et Georges Desvaux. Jeune Afrique vous présente leurs dix recommandations les plus importantes.

Les dirigeants de McKinsey Acha Leke, Mutsa Chironga et Georges Desvaux vont publier le 20 novembre aux presses de la Harvard Business Review un livre intitulé Africa’s Business Revolution : How to Succeed in the World’s Next Big Growth Market (La révolution des affaires en Afrique : comment réussir sur le prochain marché mondial à forte croissance ?). Jeune Afrique revient sur les principaux enseignements de cet ouvrage en termes de stratégie d’entreprise.

  • Bien choisir son implantation

Pour les entreprises qui souhaitent entrer sur les marchés africains, la première étape importante est, selon les auteurs, de déterminer une stratégie d’implantation géographique, prenant en compte la concurrence ainsi que les perspectives de croissance à long terme. L’enjeu est de choisir un portefeuille d’implantation qui soit suffisamment diversifié pour atténuer les risques économiques et politiques propres à chaque marché, mais d’éviter une la complexité inutile que représenterait une trop grande multiplicité de pays. 

  • Répondre à des nouveaux besoins

Deuxièmement, « créer de nouveaux produits et services – et parfois des catégories entières – qui ciblent les besoins, les goûts et le pouvoir d’achat des Africains ». Pour les auteurs, la réussite dans ce domaine est un facteur clé de succès en Afrique.

L’exemple mis en avant par les dirigeants de McKinsey est celui de Tolaram : cette société a introduit au Nigeria les nouilles instantanées sous la marque Indomie en 1988. Alors que ce type de pâtes était alors inconnu dans le pays, il est aujourd’hui l’un des biens de consommation les plus courants. Tolaram a ainsi créé une nouvelle catégorie de produit, d’autres entreprises s’étant engouffrées dans le marché. Reconnaissant ce savoir-faire, Kellogg’s a pris une participation de 50 % dans Tolaram en 2015, investissant 450 millions de dollars.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Fermer

Je me connecte