Politique

Arnaud Montebourg, nouveau président de l’Association France-Algérie

Arnaud Montebourg en 2016. © Sipa Press

L’ancien ministre socialiste succède à Jean-Pierre Chevènement, qui présidait le collectif depuis sept ans.

Arnaud Montebourg, président ! Défait à la primaire socialiste de 2017, l’ancien ministre de François Hollande, « qui a des origines algériennes », préside désormais l’Association France-Algérie, comme rapporté mercredi par l’agence officielle algérienne APS.


>>> À LIRE – France : Arnaud Montebourg, un Berbère en Algérie


Le collectif, fondé le 20 juin 1963 à l’initiative de l’ethnologue française Germaine Tillion – avec le soutien du général de Gaulle – , visait initialement à établir une nouvelle ère dans la relation entre deux pays meurtris par leur histoire commune. Présidé depuis 2011 par un autre ancien ministre socialiste, Jean-Pierre Chevènement, il s’attache toujours à resserrer les liens entre les deux rives de la Méditerranée.

Par ma famille, mais aussi par mon action quand j’étais ministre, des liens multiples m’attachent à l’Algérie

« Par ma famille, mais aussi par mon action en faveur de la coopération industrielle franco-algérienne quand j’étais ministre de l’Économie, des liens multiples m’attachent à l’Algérie », a déclaré Arnaud Montebourg lors de la cérémonie organisée mardi 13 novembre à Paris, et à laquelle ont assisté entre autres Jean-Pierre Chevènement, Belkhir Belhaddad, député de Moselle, Fadila Khattabi, députée et présidente du Groupe d’amitié France-Algérie à l’Assemblée nationale, ou encore l’ancienne Premier ministre Édith Cresson.

« Éviter l’ingérence dans les questions politiques »

« Au moment où les deux rives de la Méditerranée paraissent s’écarter l’une de l’autre, devant les périls du fondamentalisme au Sud, ceux de la xénophobie au Nord, nous voulons maintenir les liens de coopération entre nos deux sociétés », a poursuivi Montebourg, notant qu’entre les deux pays, « il y a tant à faire. Notre association continuera à éviter toute ingérence dans les questions politiques, que ce soit en Algérie ou en France. »


>>> À LIRE – Arnaud Montebourg, Astérix chez les Maures


L’ancien ministre n’a jamais fait mystère de ses liens avec l’Algérie. En 2016, il confiait aux caméras de M6 : « Je me sens algérien. Je suis des deux rives. » Sa mère, Leïla Ould Cadi, est née à Oran en 1939, et son grand-père, Khermiche Ould Cadi, issu d’une famille de bachagas connue en Oranie, servit dans l’armée française en 1940 en tant que sous-officier.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte