Immigration

Le Maroc doit être « accompagné » sur les questions de migrations, selon le ministre de l’Intérieur français

Une embarcation de migrants dans la mer entre le Maroc et l'Espagne (photo d'illustration). © Marcos Moreno/AP/SIPA

Le ministre français de l'Intérieur, Christophe Castaner, à Rabat pour l'inauguration de la LGV a déclaré jeudi 25 novembre que le Maroc devait être "accompagné" dans sa gestion des flux migratoires clandestins, sans préciser par quels moyens.

« Le Maroc est un pays de transit et il est nécessaire qu’en lien avec l’Espagne, nous puissions être mobilisés aux côtés de l’Europe et du Maroc qui a besoin d’être accompagné sur ce sujet », a déclaré Christophe Castaner après un entretien avec son homologue marocain Abdelouafi Laftit.

Devenue cette année la première porte d’entrée des migrants en Europe, l’Espagne plaide depuis plusieurs mois pour que l’Union européenne débloque des aides à destination du Maroc pour mieux gérer les flux clandestins sur la route occidentale de la Méditerranée.
La mise en place d’un fonds de 55 millions d’euros pour renforcer les capacités d’intervention des gardes côtes marocains et tunisiens a déjà été approuvée par l’Europe mais le versement de ces moyens reste assujetti aux contributions des pays européens.

Avec le soutien de l’Espagne, le gouvernement marocain plaide pour des aides supplémentaires, en cours d’études à Bruxelles.

« Lien fort »

Entre janvier et fin septembre, les autorités marocaines ont stoppé 68 000 tentatives d’immigration clandestine et démantelé 122 « réseaux criminels actifs », selon le dernier bilan officiel. Près de 47 500 migrants sont arrivés en Espagne par voie maritime depuis le début de l’année, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), et 564 sont morts ou portés disparus.

Parmi eux, des ressortissants de nombreux pays africains mais aussi des Marocains, prêts à tout pour gagner le continent européen.

Dans sa déclaration, le ministre français a salué le « travail exceptionnel » du Maroc dans la lutte contre le trafic de migrants.

La « lutte contre tous les trafics et les trafics de stupéfiants en particulier », la lutte contre le terrorisme et la radicalisation religieuse ont aussi été évoqués au cours des entretiens, a précisé Christophe Castaner.

En conclusion, il a rappelé le « lien extrêmement fort entre le Maroc et la France ».

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte