Culture

Violette Tannebaum, la créatrice qui réinvente la robe de mariée

La saison des mariages approche à grand pas. A cette occasion, Jeune Afrique a rencontré la créatrice de robes de mariée antillaise basée à Paris, Violette Tannenbaum, qui nous plonge dans son univers romantique… Mais anticonformiste !

Mis à jour le 4 juillet 2019 à 19:39

VIOLETTE TANNEBAUM

Si on lui avait dit qu’elle lancerait sa première collection de robe de mariée en 2013, Violette Tannenbaum aurait surement ri. Ensuite, elle aurait sans doute expliqué les raisons de son incrédulité : « Le mariage, la robe de princesse… ce n’est pas quelque chose qui me fait rêver. J’ai vu toutes mes tantes se marier, elles portaient des robes affreuses, les gens venaient et critiquaient tout ».

D’ailleurs lorsqu’elle a rencontré son compagnon d’origine sénégalaise durant son Deug de mathématiques appliquées, elle lui a tout de suite annoncé la couleur. « Hors de question de se marier, je ne veux rien avoir à faire avec ça » se souvient-elle en jouant avec ses doigts joliment tatoués. Ironie du sort, aujourd’hui, l’ancienne fonctionnaire – maman de deux enfants – est à la tête d’une marque feel good qui confectionne la robe la plus symbolique qu’une femme puisse porter.

Tout a débuté en 2006 lorsqu’elle s’est approchée d’une machine à coudre. En peu de temps, sa passion pour la mode prend une toute autre dimension dans sa vie. Ni une, ni une deux, elle se lance dans le prêt-à-porter et crée des sweat-shirts, robes ou encore des jupes appréciées par les premières blogueuses.

En 2010, l’une d’entre elles, la future mariée Éléonore Bridge (du blog de la méchante à l’époque) était à la recherche de sa robe et l’a fait savoir sur Facebook. « Je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas réfléchi …  Je lui ai proposé de la créer et elle a accepté » raconte Violette Tannenbaum qui se rappelle le coup de stress ressenti juste après.

Ensemble, elles discutent, imaginent  se projettent et achètent les tissus : « Il s’est avéré qu’elle voulait une tenue moderne, actuelle, cool, ce qui m’a fait réaliser qu’on pouvait réaliser des robes de mariée qui ne soient pas traditionnelles. J’ai réalisé que c’était exactement ce que je voulais faire ». Une première collaboration qui annonce le début d’une aventure pour Violette.

Prendre des risques et être fidèle à soi-même

En 2013, elle présente la robe de mariée comme on l’a rarement vue. Moins traditionnelle, elle est moderne avec des coupes simples et des lignes épurées, elle est fraîche parfois courte et sublimée de petits détails qui font la différence. Dentelle, crêpe de soie et plumetis, elle a créé un univers poétique et romantique avec pour égérie des mannequins blanches.

À Lire Tanzanie : pourquoi la tradition des mariages entre femmes perdure

Cela lui convenait parfaitement jusqu’à la troisième collection : « À ce moment-là, ma fille avait 13 ans. C’était le début de l’adolescence et quelque chose me dérangeait. Je me suis pas mal interrogée. Se reconnaissait-elle dans mon travail ? Pouvait-elle s’identifier ? C’était hyper important pour moi. J’ai décidé d’imposer des mannequins noires dans le milieu du mariage », annonce-t-elle calmement.

Une chose rare qui lui a valu presque zéro soutien de la part de son entourage. Dans les collections suivantes  intitulées « About this Romantic Girl » et « lOve me if yOu dare» avec des jeunes femmes noires aux cheveux naturels à l’honneur,  l’évolution de Violette Tannenbaum se fait clairement ressentir.

Ce fut un succès ! De plus cette prise de risque lui a permis de se réinventer ! « J’ai toujours créé des choses que j’aurais aimé porter. Quand je regarde ces photos, je vois une fille comme moi. Je n’ai dû avoir que trois clientes afrodescendantes depuis que j’ai commencé. J’aimerais tellement voir plus de femmes noires porter mes robes ».

Les dernières créations en date sont celles de la collection 2018 « Crazy sexy cool love », qu’elle considère plus « aboutie, couture et mode » que les anciennes. En plus, c’est à la créatrice qu’on doit ces clichés fun et colorés. Violette vient de rajouter la corde de photographe à son arc !

« Sois une mariée cool ! »

Voici le mot d’ordre dans son atelier situé porte d’Orléans dans le 14ème arrondissement de Paris. Désireuse de faire retomber la pression que la mariée ressent durant les préparatifs, Violette Tannenbaum assure un service personnel et fait son maximum pour que tout ce qui concerne la robe soit cool et relax : « Je sais quelle importance a la robe aux yeux des futures mariées. Je suis là vraiment pour désamorcer la chose et qu’elles gardent un bon souvenir de ces moments passés ensemble ». Et pour cause, entre le premier rendez-vous et la livraison de la robe, un an peut s’écouler.

La créatrice préfère travailler le sur-mesure et collabore pendant plusieurs mois avec la future mariée pour réaliser la robe de ses rêves. Un processus de création qui fait naître parfois des liens forts et de belles amitiés « Certaines m’ont fait pleurer. Et puis tu dis ‘waouh ». On s’est vue pendant 7, 8 mois et ça y est c’est fini’ ». En créant ces robe de mariée, Violette confectionne une chose qui fera toujours partie de leur vie et …  elle est elle-même devenue une épouse il y a 3 ans !