Politique

Cameroun : la justice rejette la demande de libération du président autoproclamé de l’Ambazonie

Sisiku Julius Ayuk Tabe, leader séparatiste de la partie anglophone du Cameroun, "président" de la république auto-proclamée d' "Ambazonie", en octobre 2017 aux États-Unis. © DR / Copie d'écran Youtube

La justice camerounaise a rejeté jeudi 15 novembre en appel la demande de libération du leader séparatiste anglophone Sisiku Julius Ayuk Tabe, arrêté au Nigeria puis extradé au Cameroun, et de neuf autres militants.

« La Cour d’appel a rejeté notre demande », a indiqué Me Christopher Ndong, soulignant que les avocats des prévenus allaient « former un pourvoi en cassation dès aujourd’hui (jeudi) ou au plus tard demain (vendredi) ».

Président autoproclamé de l’Ambazonie, nom de l’État indépendant que les séparatistes veulent créer au Cameroun anglophone, Sisiku Julius Ayuk Tabe et 46 autres militants anglophones avaient été arrêtés au Nigeria puis extradés fin janvier au Cameroun.

Trois avocats avaient déposé début octobre une demande de « libération immédiate » pour dix d’entre eux, dont le leader indépendantiste. Elle avait déjà été rejetée en première instance.

Violents affrontements

Sisiku Julius Ayuk Tabe et la plupart des autres militants anglophones arrêtés au Nigeria constituaient la branche politique du mouvement séparatiste camerounais, prônant la négociation avec Yaoundé pour arriver à leurs fins.

>>> À LIRE – Cameroun : Biya contre les Ambazones

Depuis la fin 2017, des dizaines de séparatistes ont pris les armes dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Des affrontements entre soldats déployés en nombre et ces séparatistes, regroupés en groupes épars dans la forêt équatoriale, s’y produisent depuis quasiment tous les jours.

Selon des sources concordantes, aux séparatistes se sont ajoutés des bandes armées de bandits et de pillards, qui rackettent les populations et les entreprises.

Plus de 200 membres des forces de défense et sécurité camerounaises ont perdu la vie dans ce conflit ainsi que plus de 500 civils, selon le think-tank International Crisis Group (ICG).

Ce conflit, qui n’a cessé de prendre de l’ampleur, a déjà forcé plus de 437 000 personnes à fuir leur domicile dans ces régions, selon des chiffres de l’ONU publiés début octobre.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte